Ostéopathie

L’ostéopathie est une pratique manuelle qui vise à remettre du mouvement dans les tissus, organes et articulations. L’ostéopathie est une thérapie complémentaire utilisée en particulier pour des douleurs dorsales et articulaires, mais elle soulage tous types de douleurs. C'est une approche holistique et une médecine non conventionnelle.

85 % de nos utilisateurs ayant consulté en ostéopathie ont constaté une amélioration de leur santé. En savoir plus

Ostéopathie illustration

Les définitions de l’ostéopathie

Il existe différentes définitions de la pratique d’ostéopathie selon les organismes et la législation.

Pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), « l’ostéopathie (également dénommée médecine ostéopathique) repose sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et le traitement. Elle prend en compte les relations entre le corps, l’esprit, la raison, la santé et la maladie. Elle place l’accent sur l’intégrité structurelle et fonctionnelle du corps et la tendance intrinsèque de l’organisme à s’auto-guérir. »

Selon la réglementation française, il s’agit d’une approche systémique qui permet d’agir sur des troubles fonctionnels et leurs symptômes. Après un bilan, l’ostéopathe effectue des mobilisations et des manipulations pour prendre en charge les dysfonctionnements.

 

Origine et histoire de l’ostéopathie

L’ostéopathie est une pratique manuelle qui a été fondée et développée au XIXème siècle par Andrew Taylor Still. Ce dernier pratiqua la médecine et la chirurgie pendant la guerre de Sécession (1861-1865), ce qui lui permit d’acquérir des connaissances importantes de l’anatomie humaine.

Grâce à ces connaissances, il établit les principes de l’ostéopathie en 1874. Face aux succès de la discipline, il créa l’American School of Ostéopathy, première école d’ostéopathie, à Kirskville, en 1892.

Ce sont les premiers élèves de l’école qui vont développer l’ostéopathie en Europe. Ainsi, en 1917, John Martin Littlejohn fonde la British School of Osteopathy à Londres. En France, la pratique apparaît dans les années 1950 avec la création de la Société Française d’Ostéopathie par le Dr Lavezzarri. La première école est ouverte à Paris, en 1950, par Paul Gény, un élève de la British School of Osteopathy. En 1953, le Syndicat de Médecine Manuelle Ostéopathie de France (SMMOF) est fondé pour lutter contre l’exercice de l’ostéopathie par des personnes non titulaires d’un diplôme de médecine.

L’évolution du développement de la pratique a amené une nouvelle législation : seuls les médecins peuvent exercer les pratiques de l’ostéopathie. Cette décision a changé en mars 2002, lorsque la France a légalisé l’exercice de l’ostéopathie.

Ostéopathie : Prenez rendez-vous

Thérapeutes sélectionnés
Chaque thérapeute a validé avec succès nos critères de sélection élevés
Bénéfices
Bénéfique pour 85 % de nos utilisateurs En savoir plus
Fermer

Les principes et fondements ostéopathiques

L’ostéopathie est une pratique qui se fonde sur la connaissance anatomique, physiologique, métabolique et biologique du système corporel. Selon elle, le corps possède la capacité de s’auto-réguler et de s’auto-guérir en cas de dysfonctionnements de nature mécanique. Les techniques manuelles de la pratique permettent de stimuler, rétablir le bon fonctionnement des structures du corps reliées pour lesquelles ont été constaté un manque de mobilité.

Mais le concept d’ostéopathie repose également sur d’autres principes tels que :

  • la mobilité : le bon fonctionnement du système neuro-musculo-squelettique repose sur le mouvement.
  • l’unité du corps humain : le corps humain consiste un ensemble dont les structures (os, articulations, muscles, fascias, nerfs et vaisseaux) sont en relation. Lorsqu’une de ces structures est perturbée dans son fonctionnement, cela entraîne des perturbations sur l’ensemble des autres parties.
  • la structure qui gouverne la fonction : ce principe postule qu’un organisme ne peut pas fonctionner correctement si ses structures ont perdu leur mobilité.
  • la règle de l’artère est souveraine : en cas de circulation sanguine entravée, l’organe concerné est affaibli et perturbé dans son fonctionnement. La circulation normale du sang permet à l’organisme de garder son équilibre.
     

Quelles sont les techniques utilisées en ostéopathie ?

L’ostéopathie est référencée comme la thérapie complémentaire pour les maux de dos, bien que sa pratique s’étende à d’autres parties du corps. L’un des fondements de l’ostéopathie est que la prospérité du corps humain dépend du bon fonctionnement de l’appareil musculo-squelettique, c’est-à-dire les tissus musculaires, le squelette osseux, ou encore les ligaments.

Sa pratique est basée sur un maniement des structures osseuses et musculaires.

L’ostéopathie part du principe que la fonction et la structure sont liées. En réalité, les organes du corps sont soutenus et protégés par la structure musculo-squelettique. Si ce système d’articulations et de muscles est correctement aligné et fonctionne bien, les tissus, notamment le cerveau et les nerfs, seront en bonne santé. Par conséquent, les appareils circulatoires, lymphatiques et digestifs fonctionnent correctement. Les techniques d’ostéopathie varient du massage léger à la mobilisation ultra-rapide des articulations.

Les ostéopathes détectent les problèmes en examinant les muscles, les articulations et les tissus du patient, et en décelant toutes modifications de tonus musculaire ou de température en réaction au toucher. Le principe foncier de l’ostéopathie est de redonner de la vitalité à ces muscles pour atteindre une condition d’équilibre. Cette pratique considère l’individu dans son ensemble. Dans son bilan de vitalité, le thérapeute doit trouver où se placent les lésions dites "ostéopathiques". Pour ce faire, il examine les diverses structures du corps, c’est une thérapie qui repose sur des méthodes de pression.

Dans cette approche holistique, le mode de vie et la santé mentale et affective sont considérés comme des facteurs importants, influant sur la santé physiologique.

 

L'ostéopathie pour améliorer le bien-être général

 

Pratique basée avant tout sur la prévention, elle permet au corps de s’autoréguler. Le stress physique ou psychologique, les accidents ou les mauvaises positions peuvent affecter le système musculo-squelettique. Ils peuvent provoquer de la douleur ou détériorer localement la fonction nerveuse, et affecter les organes vitaux et les appareils respiratoire, circulatoire et nerveux. L’ostéopathie peut également être efficace pour les athlètes, surtout de haut niveau, qui peuvent avoir recours à cette pratique pour de meilleurs préparatifs aussi bien physiques que mentaux.

 

Entièrement manuelle, la pratique ostéopathique s’appuie sur des manipulations, des massages et des palpations pour calmer la sciatique, et autres douleurs musculaires et squelettiques telles que les crampes ou encore le lumbago. Elle peut aussi apaiser les torticolis, les douleurs aux cervicales, l’arthrose ou d’autres troubles divers comme l'asthme, les vertiges, les migraines (toute douleur aiguë ou chronique au crâne, à la tête), le syndrome du canal carpien et les problèmes de sommeil. L'ostéopathie peut aussi avoir des effets en cas de traumatisme ou suite à un accouchement. Ceci ne remplace pas un suivi médical et n'est pas une alternative, il est nécessaire de consulter un médecin généraliste en cas de malaise ou de maladie. 

 

Enfant ou adulte, femme enceinte, les pratiques ostéopathiques peuvent intéresser de nombreux patients. Dans le cas d’une grossesse ou de problèmes particuliers, vous pouvez demander l’avis de votre médecin avant de réserver une première séance dans votre agenda.

 

Non conventionnelle, l’ostéopathie n’est pas adéquate pour les cas de maladies graves. Elle prodigue toutefois dans de nombreuses situations un mieux-être, sur avis médical et en complément de soins médicaux et/ou d’un traitement conventionnel.

 

Les ostéopathes se servent du toucher et de la manipulation du système musculo-squelettique pour rétablir ou améliorer la mobilité, l’équilibre et favoriser le bien-être.

 

Pourquoi consulter un ostéopathe ?

Consulter un ostéopathe pour des maux de dos, lombalgies et autres douleurs articulaires est évident. Or l'ostéopathie peut être bénéfique et soulager divers troubles comme le stress et l'asthme, ou encore pour améliorer le sommeil. C'est aussi une pratique recommandée pour les maux de grossesse ou lors de FIV.

 

Comment se déroule une séance avec un ostéopathe ?

La durée des séances dépend des praticiens et de votre besoin, une consultation dure en général entre 30 minutes et une heure.
Une seule visite peut suffire, mais 3 à 6 séances sont généralement prévues, selon votre état de santé et votre problème. Un plus grand nombre de séances est nécessaire chez les personnes âgées ou les patients ou souffrant de problèmes à long terme.


L'ostéopathie est une approche préventive, il peut être utile d'aller consulter votre thérapeute régulièrement, sans attendre que vos douleurs deviennent bloquantes ! Pour une prise de rendez-vous avec un praticien qui justifie du titre d’ostéopathe, Medoucine met à votre disposition un réseau de professionnels de qualité. Consultez l’agenda en ligne d’un praticien et réservez une consultation en fonction de ses horaires et de votre disponibilité.

 

Puis-je être remboursé par la Sécurité Sociale ?

Si l’État encadre le titre d’ostéopathe et donne un agrément aux écoles qui dispensent ces études, un patient ne peut pas demander à l’Assurance Maladie de rembourser sa consultation. Certaines mutuelles prennent néanmoins en charge tout ou partie de votre séance, dans une limite annuelle fixée contractuellement.

 

À lire : Ostéopathie : quels remboursements ?

 

Ostéopathie vs. étiopathie : différences et points communs

Ostéopathie vs. chiropraxie : différences et points communs

Ostéopathie vs. kinésithérapie : différences et points communs

 

Ces praticiens ne sont pas médecins, consultez en priorité votre médecin.

Ostéopathie : Les principales applications de la pratique

La formation est-elle encadrée par la loi ?

Pour pouvoir exercer cette discipline, il faut passer et obtenir un diplôme d’ostéopathe (DO). La formation, de qualité, se prépare sur 5 ans après le bac dans un établissement agréé par l’État et le ministère de la Santé. La liste des écoles agréées est consultable sur le site du SFO, ou Syndicat Français des Ostéopathes.

La loi encadre strictement ces études. La formation, suivie dans une école agréée, se compose de 4860 heures comprenant 7 domaines d’enseignement, 1500 heures de pratique clinique ainsi qu’un mémoire de fin d’études. La pratique clinique ostéopathique passe par trois phases : observation, apprentissage progressif et acquisition en cinquième année d’une pratique autonome, avec la réalisation de manipulations.

Les étudiants formés à d’autres métiers de la santé peuvent bénéficier de dispenses. La durée de l’enseignement dépend alors de la profession d’origine :

2300 heures de formation pour les infirmiers et les pédicures-podologues ;

1900 heures de formation pour les sages-femmes et les masseurs-kinésithérapeutes ;

800 heures de formation pour les médecins

Seuls le suivi complet du cursus et l’obtention du diplôme permettent à un praticien de se prévaloir du titre d’ostéopathe.
 

Les études et formations diplômantes

Avant d’intégrer l’école d’ostéopathie, les futurs étudiants rejoignent une classe préparatoire qui leur permet de préparer leur concours d’entrée aux écoles d’ostéopathies. Cette classe préparatoire d’une année a pour objectif d’aider les candidats à acquérir les méthodes de travail et les connaissances relatives aux épreuves du concours. L’admission en classe préparatoire aux concours d’ostéopathie est accessible à tous les bacheliers.

Lors du concours, les candidats passent deux épreuves : écrites (Physique, Chimie et Biologie) et orales (tests psychotechniques et entretien individuel). Mais, certaines écoles proposent également des épreuves de culture générale ou d’anatomie.

Après avoir intégré l’école d’ostéopathie, les étudiants doivent poursuivre une formation de 5 ans au sein d’un établissement agréé par le Ministère de la Santé. Cette formation, qui prépare au DO (diplôme d’ostéopathe), est constituée de différents enseignements comme : les sciences fondamentales, les sciences humaines, les sciences sociales, la gestion et le droit, les fondements et modèles de l’ostéopathie ainsi que les méthodes et outils de travail. Certaines écoles proposent également des enseignements portant sur la déontologie, la physiothérapie, la kinésithérapie ou la biomécanique.

La formation de 4860 heures comprend également 1500 heures de formation pratique clinique. A l’issue de celle-ci, l’établissement de formation délivre le titre d’ostéopathe homologué au niveau I, inscrit au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles).

Pour les médecins, kinésithérapeutes, pédicures-podologues, infirmiers et sages femmes, il existe des dispenses de formation. Dans le cas des étudiants en médecine, les établissements dispensent une formation d’une durée de 800 h qui peut s’effectuer sur 2 ou 3 ans. Cette formation permet d’obtenir un Diplôme Universitaire (DU) ou un Diplôme Inter-Universitaire (DIU) de Médecine Manuelle - Ostéopathie. Le volume d’heures de formation obligatoire s’élève à 2300 heures pour les infirmiers et pédicures-podologues et à 1900 heures pour les sages-femmes et masseurs-kinésithérapeutes.

 

Quelle réglementation et législation en France ?

Le Ministère de la Santé a démarré une commission qui a abouti, en mars 2002, à la légalisation de l’ostéopathie comme profession de santé.

Les décrets qui encadrent l’application de la profession sont parus en mars 2007 et définissent les actes autorisés et les actes qui nécessitent un encadrement médical préalable. Ils présentent aussi le format pédagogique requis pour l’obtention du Diplôme d’ostéopathe (DO). Ainsi, le Ministère de la Santé a accrédité 14 établissements d’enseignement supérieur en Ostéopathie.

En septembre et décembre 2014, des décrets et arrêtés relatifs à l’agrément des établissements de formations en ostéopathie ont complété la réglementation sur la formation pédagogique. Suite à un avis de la Commission Consultative Nationale de l’Accréditation (CCNA), 23 écoles sont accréditées par le Ministère de la santé.

Pour l’organisation mondiale de la Santé, l’ostéopathie est une pratique préventive et conservatrice de la Santé.

Organismes qui gèrent l’encadrement de la pratique :   

 

Ostéopathes de France : https://osteofrance.com/

 

Syndicat Français des Ostéopathes : http://www.osteopathe-syndicat.fr/

 

Informations sur l’ostéopathie : http://www.osteopathie-france.net

Ostéopathie : Vidéos

Qu'est-ce que l'ostéopathie ? Par Henri Dispan de Floran

Voir plus de vidéos