/ Pratiques et thérapies

Pourquoi pratiquer la méditation de pleine conscience

Par Sophie Maisonnier, conseillère en naturopathie et conseillère en nutrition certifiée et validée du réseau Medoucine.

« J’ai des difficultés à rester concentré(e) sur ce qui se passe dans le présent » ;   « J’ai tendance à marcher rapidement pour me rendre là où je veux aller, sans prêter attention à ce qui se passe durant le trajet ».  Ces phrases du questionnaire MAAS permettent d‘évaluer notre degré de “pleine présence”, mais en quoi consiste la pleine conscience ?  

Qu’est-ce que c’est ?

La méditation de pleine conscience, ou mindfulness, répandue depuis les années 1970, est l’une des manières de pratiquer la méditation, qui consiste à être présent à son corps et à ses sensations, sur le moment, intentionnellement et sans porter de jugement. C’est une manière d’être en relation avec sa propre expérience, mais aussi d’adopter une forme de présence empreinte d’altruisme, car il y a une dimension collective trop souvent éludée dans la pratique de la pleine conscience : elle nous ramène à la fois à nous-même et à notre humanité commune.  

A quoi ça sert ?

En pratiquant la pleine conscience, on peut  :

1.        Identifier ses modes de fonctionnement et ses besoins pour mieux se connaître, mieux s’apprécier et apprendre à valoriser ce que nous avons. Cela permet de s’apporter de la douceur, même lorsque l’on vit une situation difficile, pour prendre de l’énergie dans ce qui est là plutôt que de ne voir que ce qui nous manque. C’est une ressource incomparable pour surmonter petits et grands soucis.

2.        Transformer les objectifs sur lesquels nous sommes focalisés, qui nous empêchent de profiter du moment présent et qui entraînent stress, baisse de l’estime de soi et impatience, en intentions, vers lesquelles on tend avec plus de réalisme, plus de confiance et moins de pression. Cela permet d’accepter les incertitudes de la vie avec sérénité et de réévaluer nos exigences envers nous-mêmes et nos proches avec plus de bienveillance.

3.        Savoir trouver l’équilibre entre faire et laisser faire, pour ne plus subir des situations inacceptables sans rien faire et à contrario ne pas intervenir lorsque c’est inutile. En se connectant à soi, à ses besoins, mais aussi aux autres, on parvient à être uniquement dans des relations et dans des situations justes et nourrissantes.

4.        Régler des problèmes de dos, de sommeil, de la sexualité, des acouphènes, du psoriasis, de la dépression, des troubles alimentaires, des addictions, des problèmes de tension, des troubles inflammatoires, etc... Les études sont nombreuses qui ont prouvé les effets bénéfiques de la méditation de pleine conscience.

Nous avons tous une aptitude à être présent à ce que nous faisons, comme le font les enfants, mais pour bénéficier de ces effets, il est important d’être bien accompagné, de se lancer au bon moment, et de comprendre qu’il ne s’agit en aucun cas d’une activité que l’on pratique comme une séance de fitness : la pleine conscience, c’est un état d’être, elle ne s’arrête pas quand le gong de l’application mobile a sonné.  

Concrètement, c’est quoi ?

C’est à la fois simple et difficile de sortir de nos mécanismes de pensées incessantes pour être simplement là, attentif à ce que l’on est en train de vivre, ici et maintenant, de le reconnaître sans le juger, sans l’analyser, sans vouloir le contrôler.  Il ne s’agit pas d’une pratique de relaxation. On peut pratiquer la pleine conscience en étant assis à méditer, ou bien de manière plus informelle en marchant dans la rue, en se brossant les dents ou sous la douche, en faisant à manger ou à table : il suffit de ne faire QUE cela, sans distractions, d’être attentif à nos sens, aux sensations qui nous traversent pendant que nous le faisons, et de ramener notre attention à ces sensations dès que nos pensées nous emportent loin d’elles. En somme, la méditation n’a pas d’effets secondaires qui ne soient pas pour notre bien…

Par Sophie Maisonnier, conseillère en naturopathie et conseillère en nutrition certifiée et validée du réseau Medoucine.