/ Troubles du sommeil

Troubles du sommeil chez les enfants : comment les aider à retrouver un sommeil serein ?

Le sommeil est primordial pour l’enfant car il contribue à son développement cérébral et à sa croissance. Un enfant en déficit de sommeil sera plus sujet aux troubles du comportement (caprices, agitation, troubles de l’attention et de la concentration, nervosité, agressivité…).

Par Aurore Roose, naturopathe et sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.


Les troubles du sommeil sont de différents ordre :

-        Les terreurs nocturnes surviennent entre 18 mois et 15 ans. L’enfant s’assoit ou sort de son lit en criant, l’air terrorisé. Les paroles rassurantes ne semblent pas l’apaiser. Au bout de quelques minutes, l’enfant se calme et se rendort. Il n’en conserve aucun souvenir le matin.

-        Les cauchemars sont très fréquents chez l’enfant. Ils surviennent souvent après une émotion intense ou lors de changements dans la vie.

-        Le somnambulisme est observé entre 3 et 10 ans. Il se traduit le plus souvent par une déambulation sans gravité.

-        Les troubles de l’endormissement ont souvent une origine anxieuse. L’enfant a peur de quelque chose et il s’empêche d’aller dans le sommeil. On peut retrouver la peur de perdre l’un de ses parents ou un proche malade, la peur de voir ses parents se séparer en cas de conflits répétés. L’enfant peut aussi avoir peur du noir, peur des monstres, peur d’un élément de sa chambre qui lui paraîtra effrayant la nuit, peur qu’un voleur s’introduise dans sa chambre. Des phobies peuvent apparaître. Il est conseillé de parler à son enfant des peurs qu’il peut avoir au moment du coucher, non pas pour les nier car l’enfant n’a pas la maturité pour se raisonner mais car les exprimer peut diminuer leur intensité.


A noter que les écrans (tablette, téléphone, télévision, console de jeux…), de par la lumière bleue qu’ils émettent et par l’attention portée par le cerveau sur cette activité, allonge le temps d’endormissement en retardant la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil.
Quelles solutions naturelles pour retrouver un sommeil apaisé ?
L’enfant a besoin de régularité dans son horaire de coucher, week-end compris. Laisser l’enfant se coucher plus tard le mardi soir ou le week-end contribue à dérégler le sommeil de l’enfant et peut engendrer des troubles de l’endormissement.


Un tiers extérieur à la famille peut favoriser la parole de l’enfant, afin qu’il identifie les causes de ses troubles et qu’il apprenne à nommer les émotions ressenties. La sophrologie est une méthode psychocorporelle très efficace pour soulager les troubles de l’enfant : anxiété, peur, stress… Cette pratique fait le lien entre l’état psychique et les sensations corporelles. Un accompagnement sur 6 à 10 séances est nécessaire pour apprendre à l’enfant à se servir de son corps et de sa respiration comme des outils pour gérer lui-même ses émotions négatives : les reconnaître, les diminuer puis les éliminer totalement.
Un complément alimentaire, spécifique pour les enfants, à base d’aubépine, de mélisse ou de passiflore pourra être donné de manière ponctuelle. Toutes ces plantes ont une action bénéfique contre l’anxiété et la nervosité. Elles ont des vertus calmantes et apaisantes. Une consultation avec un spécialiste en phytothérapie, comme un naturopathe, est conseillée.
Une supplémentation en magnésium d’une durée de 2 mois, avec un dosage adapté (6mg par kilo de poids corporel), pourra également aider l’enfant en soutenant le système nerveux.


Par Aurore Roose, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine.