/ Vie de famille

Comment réagir face aux difficultés scolaires rencontrées dès la fin du premier trimestre ?


Nous sommes déjà à la fin du premier trimestre. Les conseils de classe ont lieu et la remise des bulletins est en cours. Certains parents sont alarmés sur différents points souvent évoqués par le corps enseignant ou le responsable de cycle et parfois même par infirmière.


Suivant le niveau de classe je remarque ces différentes appréciations des professeurs lors du conseil de classe :

  • manque de confiance en soi
  • manque d’attention
  • manque de compréhension dans certaines matières
  • manque de réflexion
  • problème de mémorisation
  • angoisse aux examens
  • stress

Toutes ces remarques sont a prendre en considération si bien sur elles sont fondées.

Ainsi en tant que praticienne en psychopédagogie positive, j’ai de nombreux outils qui pallient à toutes ces difficultés d’apprentissage scolaire.

La carte mentale est un excellent outil pour la mémorisation. La gestion mentale et la pleine conscience permettent de travailler sur l’estime de soi. Ce ne sont que deux exemples d’outils afin d’améliorer la vie scolaire des enfants, ados et jeunes adultes.

Il ne faut pas oublier des événements extérieurs au cadre scolaire qui pénalisent les apprentissages. Tel que la consommation excessive, voir très excessive des tablettes, téléphones et jeux vidéo. Je vois de plus en plus de parents dépourvus face à cette technologie qui les dépasse et dont les « enfants » portent une addiction totale.

Aujourd’hui j’observe des décrochements scolaires de plus en plus tôt. A nouveau il est possible d’agir sur ce phénomène fortement inquiétant. Ce qui revient assez fréquemment aussi c’est le harcèlement scolaire dont sont victimes certains « enfants ». Les professeurs sont là aussi pour tirer la sirène d’alarme et alerter les parents.

La psychopédagogie positive n’a pas la prétention de « soigner » tous les maux. Mais en tant que praticienne, je suis capable d’identifier le souci et de pouvoir aussi orienter les parents vers des spécialistes.

C’est pourquoi mon réseau (d’orthophonistes, d’hypno thérapeutes, de psychologues…) m’est très précieux.

La méthodologie est une observation qui revient aussi très régulièrement. Le manque d’organisation et d’autonomie sont remarquées notamment à partir de la 4e. Il est très important que l’ado se remette en question sans oublier son projet final.

Ainsi j’organise avec eux leur « après » journée d’école de façon a mettre en place des techniques et une prise de conscience afin qu’il ou elle arrive en fin de 4e totalement autonome et organisé. Il arrive encore trop souvent qu’un ado oublie son matériel ou biens ses copies chez lui.

Le stess est aussi un facteur très important a prendre en compte le plus jeune possible. Je retrouve trop souvent des jeunes adultes en terminal en stress total et ce dés le début du premier trimestre.

Cela est dû à son propre stress (peur de l’échec), du stress de l’école mais aussi du stress des parents. Les trois réunis sont contre productif pour le jeune.

A nouveau, ATTENTION ! Prendre en considération les demandes des enfants en tenant compte de leur projet et leur besoin est un travail a réaliser afin qu’ils puissent grandir, évoluer et s’épanouir dans le système scolaire en demeurant HEUREUX.

Gardons toujours en tête que les difficultés rencontrées peuvent toujours être traitées et heureusement pour les plus paralysantes évincées du système général des enfants, ados et jeunes adultes. « TOUT EST TOUJOURS POSSIBLE »

Valérie Wilmet, praticienne en psychopédagogie positive certifiée et validée du réseau Medoucine.