Menu

Quels sont les bienfaits de l’ail ?

24 janvier 2023

L’ail est bien connu en cuisine pour apporter saveur et goût aux plats cuisinés, mais il est aussi un aliment santé incroyable, à ne pas négliger, surtout l’hiver !

Une plante reconnue depuis l’Antiquité

L’ail est une plante utilisée depuis l’Antiquité et considérée comme une panacée chez les Hébreux, les Grecs et les Romains pour ses qualités tonifiantes et antiseptiques.
Avant l’arrivée des antibiotiques, il était utilisé pour soigner les maladies telles que la tuberculose ou la typhoïde.

Les composants bénéfiques de l’ail

L’ail doit ses propriétés aux composés actifs qu’elle contient : composés soufrés mais aussi manganèse, cuivre, phosphore, potassium, fer, zinc, sélénium et vitamines A, B6, B9, C, E.
Les bénéfices santé de l’ail viennent en particulier de l’allicine, composé soufré qui se produit lorsque l’ail cru est coupé ou écrasé.

Plusieurs études ont démontré les propriétés de l’allicine : antibiotique, antivirale, antiseptique, antifongique.

Quels sont les bienfaits de l'ail ?

Pexels

Les bienfaits de l’ail

D’après le Dr Jean Valnet, reconnu comme le père de la phytothérapie en France, les propriétés de l’ail sont nombreuses. De nombreuses études scientifiques le démontrent.

Pour les maux de l’hiver : anti-infectieux et antibactérien

Il a été démontré que l’ail pouvait aider à prévenir les maux de l’hiver : rhume, bronchite… Mais aussi à réduire les symptômes du rhume (en comparant un groupe supplémenté en ail pendant 12 semaines et un groupe prenant un placébo).

En période hivernale, il est donc très intéressant d’en rajouter systématiquement dans son assiette !

Pour un effet anti-rhume et toux : la dose recommandée doit être l’équivalent de 4 gousses d’ail fraîches par jour.

Pour la santé cardio-vasculaire

Il fait partie des aliments (au même titre que les noix, les légumineuses, le thé) listés dans les recommandations de l’AHA (American Heart Association) pour aider à la prévention des maladies cardiovasculaires. Des recherches démontrent que la consommation d’ail est bénéfique sur la diminution du taux de cholestérol et de triglycérides sanguins.

À noter, qu’il faut une consommation quotidienne équivalente de 2 g à 5 g d’ail cru (1 à 3 gousses par jour ou 3 fois plus pour l’ail cuit) afin de profiter de ces bienfaits.

Grâce à son composé soufré, l’allicine, l’ail aiderait aussi à faire prévenir l’athérosclérose en diminuant la formation les plaques d’athérome dans les artères. Les études démontrent aussi un effet anticoagulant et vasodilatateur bénéfique sur la tension artérielle.  L’allicine aurait aussi un effet positif sur le glucose sanguin.

Pour la prévention cancer

Plus spécifiquement, des études ont démontré que la consommation de légumes de la famille des alliacées (ail, oignon, échalote, ciboulette, ciboule, poireau) aurait un effet protecteur contre les cancers de l’estomac et de l’intestin.

Grâce à l’allicine, l’ail pourrait freiner le développement de certains cancers, tant par son action antioxydante que par sa capacité à empêcher les cellules cancéreuses de se développer. À raison d’une consommation de 2 gousses par jour, l’ail fait partie des aliments anticancérigènes.

L’ail est également anti-inflammatoire et antioxydant, car en plus de l’effet de l’allicine, il contient des flavonoïdes et tocophérols (molécules anti-oxydantes)

Pour le microbiote

Son action antiseptique permet de régler les infections intestinales grâce à ses composants soufrés, mais il aide aussi à préserver un bon microbiote par sa richesse en inuline (fibre prébiotique) et ses antioxydants.

Pour aider à la perte de poids

L’ail stimule également la sécrétion d’une hormone qui déclenche la sensation de satiété. Il possède donc une action coupe-faim intéressante.

Quels sont les bienfaits de l'ail ?

Pexels

Où l’acheter et comment le consommer ?

L’ail frais se trouve dans toutes les épiceries ou primeurs. Évidemment, il est préférable de le prendre bio.
Vous l’avez compris, c’est donc l’ail cru, écrasé (avec le plat d’un couteau) ou broyé (avec un presse-ail) qui est bénéfique (penser à retirer le germe qui est indigeste). La cuisson altère l’allicine, il faut donc l’ajouter en fin de cuisson pour limiter la perte. Sinon, il faut au moins 3 fois plus d’ail cuit que cru.

Vous pouvez donc en ajouter dans vos salades, vos purées ou légumes cuits (en fin de cuisson), vos sauces ou le consommer en “garlic bread” (tartines de pain grillé sur lesquelles vous tartinez du beurre ailé et persillé, top pour l’apéro).

Vous pouvez aussi le trouver en complément alimentaire sous forme de gélules en extrait standardisé.
Remarque : L’ail en poudre ou les comprimés d’ail n’apporteraient pas tous ces bienfaits car l’allicine serait détruite lors de la fabrication.

Quels sont les bienfaits de l'ail ?

Pexels

Et l’ail noir ?

L’ail noir est un ail frais fermenté, qui nous vient du Japon. Il a une saveur qui est plus douce mais ne contient plus l’allicine qui est détruite par la fermentation.

En revanche, le pouvoir anti-oxydant et immuno-stimulant de l’ail en est renforcé, et il conserve aussi son action anti-cholestérol.

Pour ceux qui n’aiment pas le goût de l’ail, cela est donc une bonne alternative pour renforcer ses défenses immunitaires et lutter contre les radicaux libres et donc le vieillissement.

Contre-indications d’une consommation excessive (*) d’ail

Malgré ses bienfaits, il peut être conseillé d’en limiter la consommation dans les cas suivants :

  • Fragilité de la barrière gastro-intestinale chez les personnes sensibles. Dans ce cas, éviter d’en consommer l’estomac vide (peut causer des brulures gastriques ou crampes abdominales)
  • Interaction avec des prises d’anticoagulants. On recommande aussi d’éviter la consommation de grande quantité d’ail avant et après une intervention chirurgicale.

Il est aussi conseillé de ne pas prendre trop d’ail avec d’autres plantes anticoagulantes comme le ginkgo ou le saule blanc.

  • Prise d’hypoglycémiants : la consommation de grande quantité d’ail frais pourrait accentuer l’effet de ces médicaments.

Si vous souffrez d’une maladie du sang ou du métabolisme, demandez conseil à votre médecin avant de consommer plus d’une gousse d’ail par jour.
Conseil : de manière générale, s’en tenir à 1 ou 2 gousses d’ail par jour maximum.

* Quantité excessive = supérieure à 2 gousses par jour au quotidien

Autres effets secondaires

  • L’ail peut modifier le goût du lait maternel. Il est donc préférable d’augmenter progressivement la prise d’ail pour habituer bébé ou d’en limiter la consommation.
  • L’ail peut également donner une mauvaise haleine. Dans ce cas, après en avoir mangé, mâcher du persil ou de la menthe, leur chlorophylle absorbe les composés soufrés qui provoquent cette forte odeur.
Quels sont les bienfaits de l'ail ?

Pexels

En conclusion

L’ail est un aliment riche en nutriments et en composés actifs extrêmement intéressant pour la prévention et le bien-être. Pour en bénéficier au maximum, il est préférable de le consommer cru et écrasé ou broyé et l’intégrer au quotidien dans l’alimentation, ce qui vous permet, en plus, d’apporter saveur et gout à vos plats.

Il convient toutefois de demander conseil à son médecin si vous en consommez en grande quantité (plus de 2 gousses par jour).

 

par Mylène Cord’homme, praticienne en naturopathie du réseau Médoucine.

Trouvez un praticien en naturopathie près de chez vous sur Médoucine

À lire aussi :

Notez cet article !
Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Mylène Cord'homme - Naturopathe A propos de l'auteur
1 commentaire
  • equipement dentaire tunisie
    1 février 2023 à 11 h 53 min

    Superbe article, merci pour le partage.

    Répondre
Laisser une réponse

Prendre rendez-vous