/ Sophrologie

Je vais me faire opérer, j’ai peur. Comment gérer cette appréhension ?

Qui n’a pas eu peur d’aller chez le dentiste ? Une crainte qui figure parmi les plus fréquentes chez les français. Ou encore d’aller se faire opérer ? Même en connaissant les détails, une opération peut rester source de stress avant, pendant et après (éventuellement en cas d’attente de résultat). On est face à l’inconnu bien souvent.

Bon nombre voient les médecins comme tout puissants, mais gérer une peur pré-opératoire facilite leurs conditions d'exercices.

Comment gérer ou maîtriser ce stress inhérent à toute intervention médicale ? Les conseils d'Aurélie BAQUET sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.

Ayez confiance et renseignez-vous au préalable

Certains médecins annoncent le protocole pour justement baisser la pression. Par conséquent, le patient est moins dans l’inconnu et peut alors avoir quelques réponses à sa situation.

Osez poser des questions ! Un médecin répondra volontiers à vos interrogation, du mieux qu’il peut et selon votre situation.

Il faut s’en remettre à leur vocation de soigner avant tout. Soyez persuadé que le personnel médical est là pour vous octroyer les meilleurs soins au moment M.

Mettez-vous en condition positive et réaliste pour casser ces boucles incessantes de ruminations, tergiversations ou autres nœuds au cerveau bien souvent liés à la montée de stress.

Accueillez votre stress au lieu de le réprimer

Comme de nombreuses émotions, un stress reconnu est à moitié apprivoisé. Rien ne sert de se mentir dans ces moments là. Au contraire, recherchez peut-être des ressources autour de vous pour vous faire accompagner durant ces moments délicats. Il n'y a aucune honte d’être vulnérable. L’objectif étant d’être au mieux pour favoriser les conditions de soins.

Détendez-vous au maximum grâce à la respiration

Une fois la date de son intervention annoncée, il semble bon de s’y préparer si nous sommes sujet au stress. Comment ? En ayant recours à des techniques de relaxation qui vont nous apprendre à retrouver notre calme et à calmer les emballements bien naturels de nos systèmes physiques et psychiques.

La respiration peut être une source indéniable pour faire baisser la pression, ralentir notre rythme cardiaque et calmer notre mental. Entraînez-vous avec la cohérence cardiaque (5 minutes de 6 cycles de respiration synchrones : 5 temps à l’inspiration puis 5 temps à l’expiration idéalement en respirant par le ventre).

Sinon, prenez juste le temps de vous concentrer sur votre respiration et être dans l’instant.

Persévérez même lorsque les pensées parasites viennent « bombarder » votre mental d’idées désagréables. Ne pas être dans le déni mais accueillez-les et les laissez passer en revenant à votre respiration.

Eliminez les tensions et crispations en pratiquant des exercices de relaxation dynamique de sophrologie. Car ils invitent au mouvement et libèrent des tensions. En permettant de se recentrer et de retrouver force par l’ancrage et calme par le centrage à la fois.

Des exercices comme le polichinelle, le pompage des épaules ou encore les moulinets vont évacuer au maximum toute source de stress et ce en conscience.

Déchargez-vous émotionnellement

En plus des tensions physiques, pensez à évacuer toute charge émotionnelle négative telle que la peur qui est juste là pour nous mobiliser face à cette situation. Si besoin de pleurer, pleurez. Si besoin de crier, criez (dans un bon coussin, qui fera le bonheur de votre entourage). L’idée est de « faire sortir » cette émotion pour baisser son intensité.

En sophrologie, nous travaillons à être dans une bulle de douceur ou faire "place nette", c'est-à-dire chasser le négatif pour rester dans un espace plus serein. Et ce avec les rotations axiales qui consistent à se remplir de douceur et de bienveillance envers soi avec un exercice du prana et le fixer par l'exercice du tra-tac.

A chaque exercice son intention et à chaque situation son exercice.

Préparez-vous mentalement grâce à la visualisation positive

Se préparer à son accouchement est bien connu dans nos mœurs. Pourquoi en serait-il différent pour les autres interventions ?

En effet, subir une opération chirurgicale, sauf en cas d’accident ou urgence, peut être programmé dans le temps et donc vous laisser un temps pour vous y préparer.

Faites-vous accompagner par un sophrologue semble de bonne augure si vous souhaitez apprendre à gérer les appréhensions inhérentes à cet événement et pour vous préparer mentalement à vivre au mieux cette intervention.

Plusieurs séances se suivront pour faire vivre positivement et en toute sécurité avant, pendant et après l’événement. Tout comme un sportif se préparerait à une prochaine étape, la méthode est du même acabit, seul le sujet varie.

Stress pré-opératoire : témoignage

Une personne se disant très anxieuse qui devait subir une opération chirurgicale bénigne mais délicate s’est préparée à son opération avant le jour J en pratiquant respiration contrôlée et exercices dynamiques appris avec son sophrologue et en s’instaurant des temps de pause pour baisser stress et pression au quotidien.

Le jour J elle fut prévue avec du retard. Au lieu de stresser elle a mis à profit ce temps pour respirer le plus calmement possible. Elle savait que cela agirait sur son corps et son mental en l'apaisant. Mais aussi en se préparant et en se répétant que tout allait bien se passer. Que quoi qu’il lui arriverait elle était dans les meilleures conditions pour que l’intervention se passe bien. Elle a installée une confiance en son chirurgien, son corps en fut déstressé et son mental apaisé.

Elle n'a pas nié son stress, mais elle a su le maîtriser pour optimiser les conditions de l’opération.

Appréhender une opération chirurgicale est favorable pour vous, mais aussi pour les médecins qui reçoivent du stress des patients. Un stress qu’il est bon d’évacuer pour les laisser professer leur art de la médecine.

Comme tout événement à un enjeu, une intervention peut être appréhendée en amont plutôt que de la subir. Pensez y !

Par Aurélie BAQUET sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.