/ Maux et douleurs

Traiter les acouphènes par la sophrologie

**Un français sur 4 souffrirait d’acouphènes ! **Le premier réflexe à avoir, est de consulter et signaler cet état à votre ORL, votre médecin.

Les acouphènes en quelques chiffres

*Source :Sondage Ifop pour l’Association JNA avec le concours de France Acouphènes, de la Fondation Pour l’Audition et du groupe APICIL. *Réalisé dans le cadre de la 21e édition de la Journée Nationale de l’Audition du Jeudi 8 mars 2018. Prendre conscience des problèmes auditifs alors que ce n’est pas la priorité de la santé publique : 2 Français sur 3 n’ont jamais fait contrôler leur audition.

Selon une nouvelle enquête, 14 à 17 millions de Français, tout âge confondu, seraient concernés par les acouphènes, soit 28% de la population.

82% des personnes interrogées déclarent ainsi avoir déjà eu des difficultés à comprendre des conversations lorsqu’il y a du bruit environnant (un indicateur d’une éventuelle déficience auditive), ce résultat étant particulièrement élevé parmi les moins de 25 ans (92%) et les moins de 35 ans (86%) ayant répondu au sondage.

43% des Français de 15 ans et plus déclarent ressentir ou avoir ressenti des acouphènes, contre 50% en 2014. Si ce score devient minoritaire cette année, il représente un part non négligeable de la population. Les moins de 35 ans sont les plus touchés par ce phénomène : 56% des 15-17 ans disent ressentir ou avoir déjà ressenti des acouphènes, 49% pour les 18-24 ans.

Qu’est-ce-que l’acouphène ?

L’acouphène n’est pas une pathologie mais un symptôme. 
Imaginez en permanence un son dans vos oreilles : un bruit, un sifflement, un bourdonnement, une note de musique, un jet de vapeur… Ce son étrange peut engendrer une véritable souffrance à la personne qui en est atteinte.

L’acouphène peut être ressenti dans une ou deux oreilles, à l’avant ou à l’arrière de la tête. Il peut être plus ou moins intense en fonction du moment de la journée, des événements ou encore des bruits environnants.

Il existe deux sortes d’acouphènes, les acouphènes :

  • dits objectifs : 5% des cas, qui proviennent du corps (bruit du sang circulant dans un vaisseau),
  • dits subjectifs : 95 % des cas, ne viennent d’aucune source physique (donc là on retrouvera le bourdonnement ou sifflements….)

A terme l’acouphène peut s’installer, et devient alors chronique (définition de chronique : qui dure longtemps, se répète).

Les acouphènes dans certains cas peuvent être associés à des symptômes tels que vertiges, perte de l’acuité auditive, hyperacousie (hypersensibilité auditive), nausées et/ou vomissements, douleurs de l’oreille, frissons…

Dans tous les cas, les bruits entendus peuvent survenir soit brutalement, soit progressivement dans une ou deux oreilles. Les conséquences sont variables, variables d’une personne à l’autre, provoquant une gêne, temporaire ou occasionnelle, qui peut affecter et bien simplement, la qualité de vie. La qualité de vie parce que survient alors des problèmes à l’endormissement et donc de récupération, parfois des difficultés de concentration, du stress, de l’anxiété voire de l’isolement.

Conseils pour gérer les acouphènes

S’ils deviennent durables et gênants voici quelques conseils :

  • Eviter les silences en mettant un fond sonore à faible intensité (musique douce, radio…) en effet cela facilite le processus d’habituation,
  • Limiter la consommation d’alcool (l’alcool dilate les vaisseaux sanguins et augmente le flux de sang dans l’oreille interne, pouvant ainsi amplifier parfois les acouphènes,
  • Le tabac, à éviter la nicotine est un irritant qui peut aussi les accentuer,
  • Toutes les boissons à base d’excitant, comme le café, le thé, voire les sodas, essayez juste pendant quelques jours d’arrêter et constater la différence,
  • Eviter de vous exposer à des sons forts, (concerts, mais aussi moto, ….),
  • Pour dormir, surélever votre tête, cela améliore la circulation du sang et peut réduire vos symptômes,
  • Ne pas rester dans la mesure du possible isoler (groupe de paroles, associations…).
  • Pratiquer du sport ou une méthode douce comme la sophrologie pour vous aider avec des outils simples, à éliminer ou à diminuer le stress dû aux acouphènes,

Comment la sophrologie peut vous aider ?

Les personnes souffrant d’acouphènes supportent ces douleurs et ces désagréments sans trouver de solution vraiment efficace.

La Sophrologie est une méthode douce, qui s’appuie sur trois moyens, la respiration contrôlée, le relâchement musculaire et la visualisation positive et permet de réduire l’anxiété engendrée par les acouphènes.

Dans l’idée de mieux vivre avec son acouphène la journée ou à l’approche de la nuit, ces moyens, ces outils permettent d’évacuer les pensées et les tensions négatives, de travailler sur « l’habituation » de ce drôle de compagnon qu’est donc l’acouphène.

Voici quelques axes de travail que je peux vous proposer en séance :

  • Dans le cas d’habituation (processus qui permet de diminuer ou de faire disparaître la perception des acouphènes),
  • Dans les troubles de l’humeur,
  • Dans les appréhensions du calme au moment de se coucher,
  • Pour éviter l’isolement,
  • Pour vous aider à supporter l’appareillage,
  • Dans le cas d’hyperacousie (hypersensibilité de l’ouïe),
  • Dans le cas de la maladie de Ménière (hypertension des liquides de l’oreille interne).

La sophrologie peut donc vous aider à retrouver une certaine concentration, gérer votre stress dans un environnement sonore ou pas et renforcer l’adaptation en fonction de votre travail (galerie marchande, bureaux partagés…), retrouver le calme et la sérénité.

Par Elisabeth Darry Lockhart, thérapeute spécialisée en sophrologie et acouphènes, certifiée et validée du réseau Medoucine.

PRENDRE RDV