/ Pratiques et thérapies

L'hypnothérapie pour arrêter les mauvaises habitudes

Tabac, compulsions alimentaires, TOCs… Les mauvaises habitudes ne sont pas rares dans notre quotidien, et une fois installées, il peut être difficile de s’en débarrasser. L’hypnothérapie peut être une solution très efficace pour mettre fin à ses mauvaises habitudes et Grégory Renaux, hypnothérapeute du réseau Medoucine, nous explique comment cette technique peut agir.)

Les (mauvaises) habitudes, c’est quoi ?

Par définition, l’être humain est un être d’habitude, car généralement le corps et l’esprit aiment les choses régulières, les rituels (comme le lever, le coucher, les repas, etc.).

Ces habitudes permettent au corps et à l’esprit d’avoir une certaine régularité rassurante et donc plus de sérénité. Toutefois, certaines des habitudes prises au cours d’une vie peuvent s’avérer néfastes. L’exemple le plus représentatif, c’est le tabac, mais on pourra aussi citer les tocs, les compulsions alimentaires…
On peut considérer comme mauvaises habitudes tout acte répétitif qui finit par entraver le quotidien au lieu de le rendre agréable et qui aura été ritualisé par l’individu.

L’inconscient, qui a pour rôle de protéger, adore les habitudes puisqu’elles sont rassurantes. Un acte répété de façon régulière et sur la durée pourra donc être considéré à tort par l’inconscient comme étant bon pour soi et c’est pour cela qu’il est très difficile de se défaire de certains rituels.

L’hypnose contre les mauvaises habitudes


Les techniques d’hypnose qui permettent d’avoir accès à l’inconscient peuvent enrayer certains actes automatiques afin de perdre ses mauvaises habitudes.

Grâce à l’accompagnement d’un thérapeute bienveillant et dans le non-jugement, il est donc totalement envisageable de mettre fin à des habitudes néfastes qui durent depuis des années.

La première étape primordiale pour que l’hypnothérapie soit efficace est de commencer par reconnaître la mauvaise habitude, en avoir conscience. Il faut l’accepter afin de pouvoir ensuite la contrôler et non s’y soumettre. Accepter implique donc de ne plus culpabiliser, de ne plus occulter la présence de ce rituel.

Une fois cette première étape franchie, le praticien va pouvoir commencer le travail d’hypnose. Le premier pas sera de faire passer cette action automatique de l’inconscient vers le conscient avec l’hypnose. Une fois mise en lumière, en fonction de la problématique, l’hypnose permettra dans le respect général de la personne de dévier cette énergie mentale soit vers des habitudes plus bénéfiques à la manière d’un transfert, soit de la dissoudre totalement grâce à des techniques de visualisation.

Attention, il ne s’agit cependant pas d’une baguette magique, il faut considérer l’hypnose comme un booster de volonté. À partir du moment où l’on sollicite un vrai changement dans sa vie c’est sa volonté et son libre-arbitre qui sont engagés, mais tout est toujours entre les mains de celui qui fait la démarche, l’hypnothérapeute aura le rôle du guide, de l’accompagnateur.

Par Grégory Renaux, thérapeute certifié et validé du réseau Medoucine.