Menu

Le jeûne intermittent : bien l’apprivoiser pour en faire un allié de santé

Le jeûne intermittent : bien l'apprivoiser pour en faire un allié de santé

Très en vogue ces dernières années, le jeûne intermittent peut vous apporter de nombreux bienfaits au quotidien, à condition d’être pratiqué dans de bonnes conditions.

Commençons par le commencement : qu’est-ce que le jeûne intermittent ?

Il s’agit d’un repos digestif quotidien. Plus précisément c’est le fait de ne pas manger pendant une période de temps chaque jour. On entend souvent parler de 16h de jeûne quotidien, incluant généralement la nuit. Il existe aussi d’autres formes de jeûnes intermittents participant au bien-être mais le principe reste le même.
Certain.e.s le font finalement naturellement car elles ou ils n’ont pas faim le matin et “sautent” le petit déjeuner. D’ailleurs, contrairement à ce qu’on peut penser, ce n’est pas forcément une mauvaise chose si cela correspond à votre métabolisme. Pour d’autres, c’est un peu plus compliqué… mais pas impossible.

Quels sont les bienfaits du jeûne intermittent ?

Ce repos digestif quotidien va permettre à votre corps d’utiliser son énergie ailleurs que dans la digestion des nouveaux aliments ingérés. En effet, on l’oublie souvent mais le corps a besoin d’énergie pour digérer, déstructurer et assimiler les aliments.
C’est aussi le système digestif lui-même qui a besoin d’énergie et de repos pour se régénérer.

De plus, le mécanisme de réparation cellulaire va pouvoir se mettre plus longtemps et plus facilement en place grâce au jeûne intermittent. Cette pratique permet de diminuer l’inflammation du corps (générée par une alimentation mal adaptée ou par un stress oxydatif important, par exemple).
Tous les processus qui fatiguent habituellement votre organisme au quotidien se verront diminués et vous verrez à terme un réel effet durable sur votre niveau d’énergie !

Le jeûne intermittent peut aussi vous permettre de vous reconnecter à vos sensations de faim et de satiété. Ce sont des sensations souvent négligées, tant notre quotidien est surtout rythmé par des horaires habituels de repas. Et pourtant, elles ne correspondent pas toujours aux horaires auxquels chacun a réellement faim !

Enfin, le jeûne intermittent a l’avantage de pouvoir se pratiquer facilement sans pour autant perturber sa vie quotidienne, sociale et professionnelle, comme cela peut être le cas si on se lance dans un jeûne plus long.

Comment faire du jeûne intermittent un allié de santé ?

Pexels

Quelques conseils pour démarrer le jeûne intermittent

  • Pas de pression. Si vous n’arrivez pas à tenir 16h, ce n’est pas grave car il ne s’agit pas pas d’une loi absolue. Vous pouvez avancer progressivement et décaler petit à petit l’heure de la reprise alimentaire, le temps que votre corps s’habitue à ce nouveau rituel.
  • Si vous avez faim le matin et que vous tenez à votre petit déjeuner, pourquoi ne pas faire le jeûne intermittent le soir ? En oubliant le dîner et en reprenant une alimentation normale le lendemain matin. Cela peut être particulièrement indiqué pour les personnes souffrant de certains troubles du sommeil, qui peuvent être aussi liés à une digestion compliquée le soir. Vous aurez ainsi un sommeil beaucoup plus réparateur et pourrez regagner en énergie.
  • Commencez le jeûne intermittent au moment le plus propice pour vous : dans une période positive, aux beaux jours, avec la perspective d’un quotidien régulier pour les prochains jours (si vous partez en vacances ou en déplacement, ce n’est pas le moment). Et pour les personnes menstruées, évitez de commencer le jeûne intermittent au moment de vos règles.
  • Ne vous jetez pas sur la nourriture à la fin du jeûne intermittent. Cela aura un effet plutôt délétère sur votre système digestif. Allez-y doucement en reprenant avec des fruits ou des légumes, des protéines légères ou des féculents, selon l’heure à laquelle vous reprenez votre alimentation.
  • Pour un effet décuplé, profitez-en pour faire le point sur votre alimentation et votre hygiène de vie. Vous pouvez même vous faire accompagner par un praticien compétent dans le domaine. Vous optimiserez ainsi de manière durable votre équilibre et votre santé.

A qui le jeûne intermittent est-il particulièrement conseillé ?

Le jeûne intermittent, pour qui et pourquoi ? : Comme évoqué précédemment, le jeûne intermittent peut être une bonne piste à explorer pour les personnes souffrant de troubles du sommeil, notamment de difficultés à l’endormissement. Il vous permettra de toute façon de regagner progressivement en énergie.

D’une manière générale, il peut être bénéfique pour toute personne souffrant de troubles digestifs légers (spasmes intestinaux, acidité gastrique, etc.) car il soulagera le système digestif et lui permettra de se réparer.

D’une certaine façon, le jeûne intermittent peut accompagner une perte de poids (qui ne doit cependant pas se faire sans un rééquilibrage alimentaire et un changement d’hygiène de vie) en vous reconnectant à votre sensation de faim. Il améliorera progressivement votre profil lipidique et en aura un impact sur la quantité de vos cellules graisseuses.

Du côté des sportifs, le jeûne intermittent optimiserait l’utilisation des graisses ainsi que la prise de muscles et la récupération après l’effort.

Le jeûne intermittent : bien l'apprivoiser pour en faire un allié de santé

Pexels

Pour qui est-ce plutôt déconseillé ?

Si vous êtes diabétique (surtout pour le diabète de type 1), le jeûne intermittent est à éviter car il risque de perturber le métabolisme de votre glycémie et ce dernier n’a pas besoin de ça.
Quant au diabète au type 2, le jeûne intermittent peut justement être intéressant, car il diminuerait la résistance à l’insuline, mais il doit absolument être accompagné d’un praticien compétent dans le domaine.

Le jeûne intermittent est également contre-indiqué en cas de pathologie cardiaque ou de toute prise de médicaments à heures régulières. Il est aussi à éviter pour les personnes souffrant de troubles alimentaires.

Concernant les femmes enceintes ou allaitantes, il ne leur est pas conseillé d’avoir recours au jeûne intermittent, surtout s’il ne s’agit pas d’une habitude naturelle déjà mise en place auparavant. En effet, cela pourrait initier un processus de détox pour l’organisme, ce qui est à éviter en cas de grossesse. Sans compter que les femmes enceintes doivent préserver leur énergie pour le développement du fœtus ou la lactation.

Enfin, d’une manière générale, si vous sentez que vous n’avez pas l’énergie nécessaire pour pratiquer le jeûne intermittent, faites-vous confiance : c’est qu’il n’est pas fait pour vous ou que ce n’est pas le moment. Et il y a plein d’autres pratiques plus douces qui vous permettront de regagner en énergie.

En conclusion, pratiqué dans de bonnes conditions, le jeûne intermittent vous permettra de regagner durablement en énergie.

Par Sophie Pihan, naturopathe et praticienne en massages bien-être, certifiée et validée par le réseau Medoucine.

A lire aussi : 

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Sophie Pihan A propos de l'auteur

Je m'adapte à vos problématiques mais aussi aux valeurs qui vous définissent ainsi qu'à votre à votre rythme de vie. L'objectif est de mettre en place un programme d'hygiène de vie pertinent et personnalisé. Les outils et techniques de la naturopathie sont à ma disposition (alimentation, phytologie, gestion du stress, respiration, hydrologie, etc.) pour vous permettre d'apprendre à mieux vous connaitre et optimiser votre bien-être afin de devenir le/la plus autonome dans votre santé.

Aucun commentaire
    Laisser une réponse