/ Hypnose

Réguler les pulsions alimentaires par l’autohypnose

Par Mylène Mathieu, hypnothérapeute certifiée et validée du réseau Medoucine.


Vous avez certainement une amie qui est en train de suivre un nouveau régime pour perdre ses quelques kilos qui apparaissent comme l’obstacle ultime entre sa vie et une vie parfaite et heureuse. La cellulite est-elle à ce point déterminante dans le degré de bonheur ? Pourquoi la nourriture est-elle aussi souvent un objet de pulsion, de dépendance, ou encore de contrôle ? Et surtout, comment retrouver un rapport serein à la nourriture – et donc à son corps ? Car c’est là que ça commence.

Trop souvent le problème est pris à l’envers : on considère à tort que, en contrôlant la nourriture, on contrôle son aspect extérieur, donc on est serein. Ce qui se passe est en fait l’inverse : les tensions physiques et psychiques internes produisent des émotions, qui produisent un comportement, qui produit un certain aspect physique.

Les troubles alimentaires : leurs origines

Il existe différents comportements compulsifs alimentaires : boulimie, anorexie, orthorexie, hyperphagie, etc. Lorsque l’on est pris par une pulsion, on ne peut s’en empêcher – de même qu’un enfant qui pleure parce qu’il a peur, il ne peut s’en empêcher. On se voit faire et en même on ne peut faire autrement. S’ensuit un dégoût de soi et une honte, en plus de la sensation étrange d’être trahi par soi-même – comme si le corps se mettait à fonctionner en se faisant du mal et sans qu’on puisse l’en empêcher. Pour sortir définitivement de ce cercle vicieux, et non pas contrôler quelques temps puis replonger, ce n’est donc pas par le contrôle que ça passe, mais au contraire par le lâcher prise, en allant chercher l’angoisse ou l’anxiété sous-jacente.

Par exemple, dans le cas de crises d’hyperphagie, ou d’addiction au sucre, il y a une tension présente en permanence mais dormante la plupart du temps, qui se réveille parfois, et que le fait de manger calme momentanément.

L'auto-hypnose pour accompagner les troubles alimentaires

Après chaque crise, il convient d’utiliser l’autohypnose pour demander au corps de retrouver la tension qui est montée à ce moment-là, puis de s’installer complètement dans cette tension. Et d’attendre sans rien faire, qu’elle redescende par elle-même. Laisser venir les tensions, c’est-à-dire les laisser nous envahir (peurs, angoisses, inquiétudes, culpabilités) dans un état d’autohypnose suffit à les faire disparaître.

Le cœur de cette approche, qui s’appelle l’eïnothérapie, est de ne rien faire : laisser le corps trouver les tensions, se laisser envahir par elles, et attendre qu’elles partent par elles-mêmes. Aussi simple, vraiment ? Oui. C’est parfois à refaire plusieurs fois car les tensions profondes demandent d’y revenir. C’est comme un nettoyage, dans le cerveau et dans le corps, de programmes de peurs plus ou moins anciennes ou profondes.

En utilisant l’autohypnose de cette manière, dans le cadre de l’eïnothérapie, c’est-à-dire en laissant les tensions venir puis partir, vous constaterez que votre comportement alimentaire se modifiera. Non pas de façon contrôlée comme lors d’un régime, mais de façon douce et naturelle, car découlant d’un nouvel état de sérénité intérieur qui transparaîtra dans votre comportement. Ainsi, par cette méthode, c’est un changement durable du comportement alimentaire qui adviendra, comme conséquence d’un apaisement intérieur.

Par Mylène Mathieu, hypnothérapeute certifiée et validée du réseau Medoucine.