/ Pratiques et thérapies

Pourquoi et comment notre posture influence notre bien-être ?

Il est souvent difficile de maintenir une posture quotidienne adaptée aux besoins de notre corps. Le Rolfing, justement, peut vous aider à (re)travailler votre éducation posturale et vous procurer ainsi une sensation sécurisante de bien-être.

Par Marie Rousseaux, praticienne de rolfing certifiée et validée du du réseau Medoucine.

Notre posture au quotidien


« Tiens-toi droit(e) !», « Rentre le ventre !», « Lève le menton !». Qui n’a pas un jour obtempéré, mi- indifférent mi- agacé, se redressant mécaniquement pour adopter la « bonne posture », tout du moins celle reconnue comme telle par l’entourage ?

Ces injonctions sociales sont la plupart du temps le seul rapport - pas toujours agréable - que l’on entretient avec notre posture quotidienne. Nous finissons par les oublier en les assimilant plus ou moins consciemment, mais elles permettent de comprendre à quel point la posture est empreinte de nombreux enjeux culturels et sociaux.

Elle peut témoigner d’une réaction à une situation, d’un état intérieur plus pérenne, parfois même d’un statut social… En cela, la notion de posture rejoint celle d’attitude, terme qui permet de comprendre que l’on se positionne autant dans un espace physique que symbolique. Or notre attitude, si elle s’acquiert avec le temps, les aléas de la vie ou le mimétisme familial, est déterminante pour notre perception de nous-même et des autres et donc la manière dont on se sent.

Le Rolfing® qu'est-ce que c'est ?

               

L’objet du travail du Rolfing® est de prendre à corps cette question, en abordant l’attitude par un travail à la fois d’éducation posturale et un toucher spécifique sur «l’organe de la posture » : les fascias.

Les fascias sont un réseau de fibres enveloppant, reliant et séparant les différents éléments à travers tout le corps, qui rendent chaque partie du corps dépendante de toute les autres et qui donnent sa forme au corps.

Prenons un exemple : une cage thoracique affaissée ne permet pas un volume respiratoire optimal, donc une bonne oxygénation des cellules, ce qui a un impact sur le métabolisme. Par ailleurs, si la cage thoracique est orientée d’une certaine manière, le positionnement de la tête, du bassin, et finalement des pieds vont en être affectés via les fascias. Or si les pieds ne sont pas correctement posés sur le sol, c’est notre sensation d’ancrage qui en pâtit …

« Retrouver le sol » permet de retrouver la confiance liée au fait de savoir où l’on est, littéralement. C’est une sensation profondément sécurisante qui se vit souvent en séance de Rolfing®. Cela s’explique par le fait que si l’on ne sent pas bien le sol, ou que l’on est pas bien orienté dans l’espace (parce que l’oreille interne qui régule aussi l’équilibre fonctionne mal si la tête est mal placée par exemple), le corps réagit comme s’il était en train de tomber : en se contractant pour se protéger de la chute.

Quels sont les risques d'une mauvaise posture ?

A force, on ne sent plus cette contraction, mais en fait elle demande beaucoup d’énergie, empêche un mouvement fluide et peut générer des douleurs chroniques. Par ailleurs, beaucoup d’énergie sera nécessaire pour pouvoir quand même mettre en mouvement des muscles qui sont déjà contractés.

Réorganiser la posture de manière harmonieuse permet donc à la fois de diminuer les tensions physiques et psychiques, et de rendre le métabolisme plus efficace, et d’avoir plus d’énergie disponible !

Mais comment parvenir à réorganiser ma posture ?


Quelques observations ou attentions simples portées au quotidien peuvent vous aider :

  • Si vous êtes assis toute la journée, levez-vous pour faire quelques mouvements régulièrement, changez de position : une posture n’est pas mauvaise en soi, c’est de rester toujours dans la même posture qui est néfaste.
  • Lorsque vous êtes debout, observez où est le poids sur vos pieds et voyez comment vous pouvez le placer plus au milieu du pied possible, ce que ça change dans votre ressenti.
  • Lorsque vous marchez, regardez devant vous plutôt que le trottoir (ou votre portable ;) ), cela soulagera votre dos qui sera moins sollicité pour retenir le poids de votre tête penchée vers l’avant : la tête sera soutenue par votre structure via la colonne vertébrale.


Par Marie Rousseaux, praticienne de rolfing certifiée et validée du du réseau Medoucine.