/ Naturopathie

POUR UNE « DIGESTION JOYEUSE »

Hildegarde de Bingen nous a laissé un héritage extrêmement riche d’enseignements dans beaucoup de domaines, et notamment en hygiène alimentaire. Elle est connue pour son « alimentation de la joie », une théorie qui constitue une aide précieuse dans les cas de troubles digestifs.

En effet, le stress ainsi qu’une alimentation inadaptée sont souvent cause de divers désagréments. Or quelques changements alimentaires très simples peuvent réduire les effets négatifs du stress favorisant un regain de vitalité et une meilleure digestion globale.

Pour elle, afin de se sentir bien, nous devons aller de l’avant le cœur léger, c’est-à-dire sans nous alourdir de mauvaises pensées, mauvaises actions qui nous donneraient mauvaise conscience et agiraient directement sur notre état général.  

Elle nous propose, une liste de quelques « aliments de la joie » qui sont le fenouil, les haricots, la racine de persil, le céleri, les courges, les pois chiches, les navets et radis, ainsi que les châtaignes, en fonction des saisons, tout cela accompagné, bien sûr, de biscuits, pains et café à base d’épeautre, rigoureusement de culture naturelle.

Les viandes ne sont pas exclues de l’alimentation d’Hildegarde et, cuisinées et accommodées de manière bien précise, peuvent également constituer des aliments de la joie, entendons des aliments pour une vie agréable, en bonne santé (ce qui induit la joie pour Hildegarde).  

Elle a  cependant établi une liste d’aliments qu’elle déconseille car ils seraient à l’origine « d’humeurs mauvaises », autrement dit un mauvais fonctionnement de nos fluides corporels, comme par exemple « la bile noire », responsable de nos colères, emportements et état mélancolique.

Ces aliments sont l’orge et le millet, le poireau (à moins de le faire tremper dans le vinaigre), les oignons crus, l’ail cuit, le chou, les lentilles, mais également les fraises, pêches, les viandes de porc et de cheval, le gingembre et la moutarde.  

Le vin occupe une place importante également dans ses conseils, il est cependant souvent chauffé, coupé avec de l’eau et agrémenté d’une épice et proposé de manière très précise, en fonction des besoins.  

Elle préconise également une forme de jeûne léger (pas plus d’une journée) qui peut régénérer notre organisme.  

Dans certains cas de troubles et douleurs d’origine digestive, et dans cette catégorie je n’exclue pas certains maux de dos ou de tête, je propose souvent, en parallèle de l’alimentation « hildegardienne » une séance de psychonomie, méthode manuelle qui rééquilibre globalement l’organisme et rebooste les fonctions naturelles dont nous sommes tous dotés.  

NB : ces conseils sont d’ordre général et ne s’adaptent pas à tous. Seul un bilan personnel peut déterminer les besoins spécifiques d’une personne.  Ils ne se substituent en aucun cas à une suivi médical.  

Haydée Henderyckx, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine. Formée aux enseignements d’Hildegarde de Bingen