Menu

L’importance de l’ocytocine pour la femme

12 mai 2021
L'importance de l'ocytocine pour la femme

Parlons de cette hormone du bonheur encore trop méconnue et de son importance pour la naissance des êtres humains, l’ocytocine.

On parle souvent de la nécessité d’une absence de stress ou de sa réduction, pour les femmes enceintes ; on évoque aussi régulièrement la beauté du moment de l’accouchement comme quelque chose d’évident.
On oublie pourtant qu’il n’est pas si simple d’éloigner les facteurs de stress du jour au lendemain, lorsque l’on apprend la nouvelle de sa grossesse : nouvelles sensations, nouveau corps, nouveau vocabulaire, nouvelle vie, nouveau rapport à soi-même… Et surtout, il n’est pas bien précisé les avantages de cette non exposition au stress.

Quelles circonstances favorisent la libération de l’ocytocine chez la femme ? Quels sont les bénéfices pour le bébé ? Que doit-on clairement éviter pour ne pas bloquer ce processus ?

Ce qui favorise l’ocytocine

En l’absence de stress, non seulement on se sent bien, mais on développe le cercle vertueux et la capacité et volonté naturelles d’alimenter ce bien-être. C’est tout l’intérêt de partir à la recherche de l’ocytocine dès le début de l’accompagnement de la grossesse.

L'importance de l'ocytocine pour la femme

Pexels

1. La douceur et la proximité chaleureuse

Le contact physique sous forme de câlins, de massages, et de caresses stimule la production d’ocytocine. C’est l’un des facteurs de facilité lorsqu’il est pratiqué le jour J, durant le travail d’accouchement: par exemple avant de se rendre à la maternité lorsque les contractions débutent, consacrer quelques minutes, si possible en bonne compagnie avec des personnes de confiance, ou autres femmes enceintes à se faire du bien lors de réunions conviviales, cercles de paroles. Cela peut transformer l’expérience.

2. La compagnie bienveillante et les activités de bien-être

Les nouveaux métiers d’accompagnement à la naissance tels que doulas, qui s’associent éventuellement à des compétences artistiques et corporelles diverses (yoga, danse, chant, massage) contribuent à des naissances plus conscientes et respectueuses de la vie. En effet ces accompagnantes, de par l’accent posé sur la relation amicale, parviennent à maintenir la femme enceinte dans un lieu émotionnel où, plusieurs heures et fois durant la grossesse, les opportunités de libération de cette hormone du bonheur sont exploitées. Il est important de s’entourer de personnes positives et, si nécessaire, en douceur, filtrer ses relations durant cette période.

3. L’intimité

Le contact intime entre partenaires est lui aussi un moyen d’augmenter la production de cette hormone, puisqu’elle est essentielle pour la sensation de plaisir à ces moments.

Il faut bien rappeler que pour toutes les femmes, même lorsque ces dernières ne sont pas enceintes, cette hormone est également fondamentale car elle nourrit leur besoin de sororité, de communication, d’être écoutées de manière simple, naturelle et égale.

l'ocytocine et la femme...

Pexels

Attention aux émotion

1. La rumination mentale et émotionnelle

Il ne faut pas avoir honte de tourner en rond dans ses pensées, c’est  sain quand on sait que ça provient d’une envie de bien faire, d’être accepté, d’être aimé etc…
Les personnes hautement sensibles notamment ont naturellement cette tendance à se remettre en question, ce qui est bien, mais ne doit pas nourrir un manque de confiance qui peut bloquer bien évidemment, lors de la grossesse, la légèreté des pensées et du lâcher prise.

2. Comment faire face à l’isolement durant la pandémie

En effet, par opposition au manque de confiance, on parle d'”empouvoirement” grâce à l’ocytocine, qui est une hormone produite par l’hypothalamus et stockée dans l’hypophyse postérieure. Son action est centrale dans le courage que l’on emploie en entrant dans le travail d’accouchement ; car elle est responsable de la stimulation des contractions utérines, ainsi que dans l’allaitement, et agit dans le processus d’éjection du lait. Elle permet également d’éviter le baby blues.

Il est grandement conseillé, malgré les besoins sanitaires et précautions à prendre, de ne pas suralimenter le sentiment d’isolement. On peut rechercher des accompagnements en consultation individuelle ou en groupes virtuels, par des doulas et activités en ligne, afin de pouvoir échanger avec joie et liberté avec des professionnels de santé préventive ou d’autres femmes enceintes par exemple. Des idées créatives permettront de substituer un massage peut-être “risqué” en période de Covid, par des activités qui provoquent des sensations similaires et peuvent être faites à distance. Pensons à la méditation, au yoga prénatal, à la danse, etc… qui maintiendront l’humeur au plus beau fixe.

Par Sitha Albisty, praticienne en Médecine Traditionnelle Chinoise, certifiée et validée par Médoucine.

Trouvez un praticien en Médecine Traditionnelle Chinoise certifié près de chez vous.

A lire aussi : 

Téléchargez également notre guide gratuit : “Grossesse & médecines douces”.

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Sitha Albisty A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous