/ Psycho

L'estime de soi...

« L’estime de soi c’est:
Ce que je pense de moi,
Comment je me sens avec ces pensées,
Ce que je fais de ma vie avec tout ça…. »

C’est ce mélange de regards et de jugements que je porte sur moi, car aucun regard
n’est neutre, surtout sur soi même.
C’est aussi un autre mélange: celui du jugement me concernant et du jugement sous le
regard des autres.
Car l’estime de soi n’a de sens que dans le cadre de relations sociales.

L’estime de soi est une donnée fondamentale de la personnalité, placée au carrefour
de trois composantes essentielles du Soi: Comportementale, cognitive et émotionnelle.

Elle comporte des aspects comportementaux (elle influence nos capacités à l’action et
se nourrit en retour de nos succès) et cognitifs (elle dépend étroitement du regard
que nous portons sur nous, mais elle le module aussi à la hausse et à la baisse).

Enfin, l’estime de soi reste pour une grande part une dimension fortement affective
de notre personne: elle dépend de notre humeur de base, qu’elle influence en retour.
S’estimer c’est s’apprécier,c’est donc un jugement que nous portons sur nous même.

Une bonne estime de soi facilite notre engagement dans l’action et permet une
stabilité émotionnelle plus grande, son évolution est un processus continu qui
s’alimente au fur et à mesure de la vie.

L’estime de soi nous indique si nos besoins sont comblés ou pas, si nos ressources en
affection ou de réussite sont remplies ou pas.
Elle est semble t-il une forme d’intelligence de soi,dans tous les sens de l’intelligence,
qui est à la fois la faculté de connaître et de comprendre, mais aussi l’aptitude à
s’adapter à des nouvelles situations et ainsi découvrir des solutions aux difficultés
que l’on rencontre.
Elle est finalement ce qui peut nous permettre de tirer le meilleur parti de nous même
à l’instant présent, en fonction de notre environnement.

Son origine démarre dès notre enfance, nous essayons de trouver notre place,
l’attitude de nos parents va conditionner l’estime que l’on a de soi, se sentir important
et apprécié par les autres, dans sa famille, dans son milieu professionnel et amical.
«Les nourritures affectives» exprimées ou non pendant l’enfance sont-elles
suffisantes?

Un proverbe chinois dit: «Si tu veux nourrir un homme, ne lui donne pas de poisson,
apprends-lui plutôt à pêcher.» Si l’on veut que l’enfant soit capable plus tard de
susciter des autres des attitudes pouvant nourrir son estime de soi, il va falloir le lui
apprendre. L’éducation qu’il reçoit, est un apprentissage pour augmenter son estime de
soi: en réussissant dans les tâches attendues par la société, et en se montrant
désirable pour les autres (recevoir de la sympathie, de l’estime, équivalents adultes de
l’amour reçu par les parents).

Apprendre à son enfant à se sentir à l’aise en société, à y faire sa place en douceur
est l’une des tâches majeures de l’éducation de tout parent.
L’estime de soi a donc une histoire qu’il est parfois utile de connaître, car nous avons
tendance à enfouir certaines blessures dans l’oubli.

L’estime de soi permet une meilleure adaptation à l’environnement en favorisant:
● Audace, détachement, humour
● Bien-être émotionnel
● Prise de décisions plus faciles
● Engagement dans l’action

Les trois piliers de l’estime de soi :

  1. L’amour de soi : C’est l’élément le plus important. S’estimer implique de s’évaluer, mais s’aimer ne souffre d’aucune condition, on s’aime avec ses défauts et ses limites,
    malgré les revers et les échecs. Cet amour inconditionnel ne dépend pas de nos
    performances. il explique que nous puissions résister à l’adversité et nous
    reconstruire après un échec. Il n’empêche ni la souffrance ni le doute en cas de
    difficultés, mais il protège du désespoir.
  2. La Vision de soi : Le regard que l’on se porte, cette évaluation fondée ou non que
    l’on fait de ses défauts et de ses qualités est le deuxième pilier de l’estime de soi.
    Positive, la vision de soi est une force intérieure qui nous permet d’attendre notre
    heure malgré l’adversité. Au contraire si nous avons une estime de soi défaillante, une
    vision de soi trop limitée nous fera perdre du temps avant de trouver notre voie.
  3. La Confiance en soi : Être confiant, c’est penser que l’on est capable d’agir de
    manière adéquate dans des situations importantes. Contrairement à l’amour de soi et
    surtout à la vision de soi, la confiance en soi n’est très facile à identifier. Elle peut
    donc sembler moins fondamentale que l’amour de soi ou la vision de soi,dont elle serait
    une conséquence.

Quel niveau d’estime avez-vous de vous même ?

1 Je m’accepte en tant que personne
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

2 J’ai confiance en moi
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

3 Je sais m’affirmer
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

4 Je suis aimé (e) par la plupart des gens
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

5 Je m’exprime facilement dans un groupe
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

6 J’estime que mon opinion est importante, autant que celle des autres
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

7 Je mérite d’être heureux (se)
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

8 C’est humain de commettre une erreur, est ce que c’est ce que vous vous dites
lorsque vous vous trompez ?
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

9 Acceptez-vous d’écouter une critique justifiée ?
❒ jamais ❒ parfois ❒ souvent ❒ toujours

En trouvant sur quels aspects progresser, vous trouverez un plaisir toujours plus grand à
vivre au milieu des autres.

Par Valérie Virey, sophrologue et hypnothérapeute du réseau Medoucine.

RETROUVER SON ESTIME DE SOI