/ Psycho

Apprendre à gérer ses peurs avec la PNL et l'hypnose

Les peurs : qui peut affirmer ne pas en avoir ? Karima Abassi, praticienne en hypnose, PNL et psychothérapeute, nous aide pour y faire face !

Comprendre la PNL et l’hypnose

L’hypnose et la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) sont deux outils qui vont permettre d’accéder à toutes les informations qui sont en nous. Elles sont stockées et mémorisées, mais ne sont pas forcément accessibles de façon consciente. Ces informations stockées sont nos expériences, notre vécu, notre histoire, et aussi nos peurs. Dans cet espace de stockage qu’est le cerveau, il y a également ce que l’on appelle les ressources et capacités. Ces ressources permettent de nous transformer et de nous améliorer. Cependant, nous ne sommes pas tous capables de faire appel à ces ressources qui sont pourtant bien présentes. À travers sa pratique et en induisant un état modifié de conscience, le praticien est un guide pour vous permettre d’accéder à vos ressources et à vos capacités.

Définir le type de peur

On dénombre plusieurs types de peurs. Certaines seront liées à une expérience, un traumatisme ou un événement effrayant, le tout soumis à l’interprétation que l’on en aura fait. Aussi ancien que soit le trauma, chaque situation similaire fera ainsi appel à cet ancrage du sentiment de peur qui est devenu instinctif. Ce stimulus qui génère une réaction automatique est à l’origine de la peur.

D’autres peurs en revanche, ne sont pas directement liées à une expérience vécue. Cela peut être un mimétisme acquis durant l’enfance ou même des peurs acquises de façon génétiques (certaines études récentes démontrent que l’on peut retrouver les traces d’un traumatisme dans les génomes).

Il y a aussi les peurs qui naissent purement de notre pensée et que l’on se fabrique soi-même. Une anticipation négative, une pensée d’un possible danger, enclenchera une sensation de peur.

La pensée est au centre du problème car elle crée une réaction de cause à effet. Une pensée négative engendrera une émotion négative.

L’hypnose et la PNL pour désamorcer la peur

Plusieurs techniques sont possibles pour éradiquer une peur handicapante sans pour autant affecter sa capacité à reconnaître le danger. En début de séance, la discussion avec le praticien permettra de définir l’origine de la peur. S’il s’agit d’un trauma, on procédera à une désensibilisation en état de conscience modifié (sous hypnose) pour annuler l’ancrage trop présent de ce traumatisme. On revivra la situation pour lui donner une autre tournure afin de créer une nouvelle expérience sensorielle, pour modifier l’émotion associée au souvenir de cette expérience. On pourra également la « minimiser » afin de s’en dissocier, en mettant de la distance entre la personne et l’événement. Par exemple en mettant la personne en position de spectateur plutôt que d’acteur.

On pourra aussi faire des dés-ancrages sur le corps en dés-ancrant ce qui est mauvais et en ancrant un sentiment plus positif. On pourra ancrer le changement de l’expérience vécue par un point d’ancrage kinesthésique. La représentation de l’événement sera ainsi changée.

Pour les peurs qui ne sont pas issues d’un événement particulier, on travaillera plutôt dans la symbolique et la dissociation afin de créer de la distance par rapport à la peur jusqu’à changer la représentation du déclencheur. Bien entendu, ce n’est qu’une partie de ce que proposent la PNL et l’hypnose.

Des astuces sur l’instant T

En cas de panique et de sensation de peur, on pourra agir en faisant des « sous-modalités » (terme d’une technique associée à la PNL), afin de créer une représentation de la peur. Le fait de décrire et de parler de cette peur permet de mettre de la distance avec elle. Pour cela, on va cibler la peur dans son corps en nommant la partie du corps où la sensation est ressentie, on essaiera de la décrire (matière, couleur, température, taille, etc.). On changera ensuite sa représentation sensorielle (changer la couleur, la réduire, l’enlever…). Cette matérialisation sensorielle et sa transformation vont permettre de revenir au corps et de quitter le tourbillon de pensées afin d’atténuer puis de faire éventuellement disparaître la sensation de peur.

On pourra également faire « comme si », c’est-à-dire admettre que la possibilité effrayante existe pour admettre que l’inverse existe aussi. « Si j’envisage le pire pourquoi ne pas envisager le meilleur », afin de créer un ancrage positif avec une visualisation optimale. C’est une rééducation du cerveau qui se travaille au jour le jour dans toutes les situations. « Je sais que le danger existe, mais je fais le choix de me projeter dans un dénouement positif ».

Si malgré ces astuces votre peur reste ingérable, c’est à ce moment-là que l’hypnose pourra intervenir et vous aider.

Par Karima Abassi, hypnothérapeute de la communauté Medoucine.com, le réseau des praticiens de confiance.

RÉSERVEZ VOTRE SÉANCE !