Blog medecine douce

Octobre rose : comment l’hypnose peut accompagner l’épreuve du cancer ?


octobre-rose-hypnose

Le cancer fait partie de ces maladies qui chamboulent une vie, depuis l’annonce et même en période de rémission. Zoom sur la pratique de l’hypnose comme soutien dans cette épreuve de la vie.

Avertissement : Consultez d’abord un médecin ou un professionnel de santé en mesure de poser un diagnostic et de vous proposer les traitements appropriés. Ce site présente des informations générales sur les médecines non conventionnelles. Les praticiens figurants sur ce site ne sont pas médecins et ne remplacent en aucun cas le rôle de votre médecin.

Par Juliette Ahrun-Hivert, hypnothérapeute certifiée et validée par le réseau Medoucine.

À l’annonce

Le verdict est tombé et tout semble s’arrêter autour. Un seul mot reste gravé : « cancer ». Après l’annonce, une vague d’émotions fortes emporte souvent tout sur son passage : peur, stress, colère, déni, tristesse… Et si l’hypnose pouvait aider ? Cette pratique ne guérit pas mais permet de se reconnecter à soi. C’est une technique qui permet d’insuffler du bien-être mais aussi de modifier les connexions automatiques en y apportant des pensées positives. L’hypnose est comme une porte sur nos pensées rééquilibrant nos états d’esprit. Elle permet de se recentrer sur nous-même et d’être à l’écoute de nos émotions. Elle ouvre un champ de liberté où chaque émotion peut être vécue pleinement et sereinement, ce que nous nous autorisons rarement. Dès l’annonce, il est souvent très important de faire le point et de se préparer psychologiquement à tout ce qui va suivre : traitements médicaux, examens, effets secondaires, etc. L’hypnose permet d’éclaircir nos représentations de la maladie et ses conséquences et de prendre conscience de toutes nos ressources internes, à disposition pour franchir cet obstacle de la meilleure manière possible.

Pendant les traitements conventionnels

Les traitements du cancer sont souvent chargés en effets secondaires allants de la fatigue aux nausées, en passant par des douleurs physiques et psychiques. L’accompagnement par l’hypnose permet d’apprendre à mieux gérer ces effets, notamment par la force de l’esprit et de la visualisation. Il s’agit d’outils efficaces pour accueillir plus facilement les traitements et aider à la récupération entre deux cures. Surtout, et contrairement à l’idée que nous nous en faisons, l’hypnose est une pratique qui n’est pas subie mais pleinement active pour le consultant qui reprend alors un pouvoir d’agir dans ses soins. En ce sens, des techniques d’auto-hypnose peuvent aussi aider à maîtriser des effets ponctuels comme une crise d’anxiété ou une montée de stress à l’approche des traitements.

D’autre part, dès le début des traitements, il est important de rester connecté à son corps et à ses sensations. L’hypnose apparaît alors comme un outil efficace pour garder ce lien et continuer à s’aimer malgré certains désagréments (perte de cheveux, fatigue, perte d’appétit, perte de poids, etc...).

Après la maladie

Nous avons tendance à nous focaliser sur l’accompagnement pendant la maladie mais beaucoup se sentent délaissés une fois la rémission annoncée. Or, c’est une période à ne pas négliger. En effet, vient maintenant une nouvelle étape : comment se reconstruire ? Nous l’avons vu, cette maladie bouleverse énormément de choses. Il est donc parfois compliqué de retrouver une vie « comme avant ». En effet, cette épreuve entraîne régulièrement des prises de conscience et des changements concernant notre point de vue sur la vie. L’hypnose peut s’avérer être un soutien non négligeable pour réussir à se projeter et se fixer de nouveaux objectifs de vie. Au cours de cette phase, un accompagnement se fait aussi vers la réappropriation du corps, dont les perceptions voire l’apparence ont pu être malmenées par la maladie.

Par Juliette Ahrun-Hivert, hypnothérapeute certifiée et validée par le réseau Medoucine.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas visible