/ Alimentation

La Chandeleur : Comment profiter en conscience de cet instant fugace.

Tradition nationale : un héritage culturel et gastronomique qui suscite gourmandise, et … culpabilité : Soyons honnête ! Car même si l’évènement est plébiscité, nous avons tendance, le temps de cette « dégustation », de laisser notre raison loin de notre cerveau afin de n’écouter que notre instinct primitif de gourmandise.

Par Sophie Colas, hypnothérapeute et sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.

A cela, je vous propose ma solution : manger en conscience.

Dans un 1er temps, imaginez en les visualisant mentalement si vous optez pour des crêpes faites maison ou bien industrielles, à la farine de blé ou au sarrasin, sucrées ou salées ?

Faites déjà votre choix et limiter le nombre : il ne s’agit pas de choisir une vingtaine de crêpes, qui, au final, ne nous apporteront que des désagréments digestifs. Sachez que 4 à 5 crêpes suffisent à notre bol alimentaire.

Attaquez leur préparation, et commencer à vous nourrir des effluves dégagées par la farine, le lait, le soupçon d’alcool, de toutes ses odeurs qui envahissent vos narines. Lors de la mise en bouche, nous serons alors moins enclins à nous remplir sauvagement comme si c’était la dernière fois que nous allions en manger.

Préparer bien cette occasion, décidez de dresser la table en conséquence pour faire de ce moment un instant de plaisir liée à la détente, le partage et plein de satisfaction.  Découvrez la joie de ce moment.

Une fois attablé, gérer votre posture du corps : pieds bien ancrés, dos non adossé, ventre libéré, commencez par respirer 3 fois doucement pour détendre le corps et vous préparer à ce petit bonheur presque solennel. Et, avant de démarrer les festivités, centrez-vous sur votre 1 sens : la vue : regardez la couleur des crêpes, leur taille, leur épaisseur, observer les éventuels trous, tâche brunes ou défauts – Le plaisir des yeux avant le plaisir gustatif. Saisissez l’opportunité de faire de cette première crêpe un pur délice !

Toute prenant le soin délicatement de préparer cette première friandise, concentrez-vous sur votre odorat : ces différentes et merveilleuses effluves mêlées.

Et décider de croquer : faites de ce moment une réelle minute ralentie histoire d’être à l’écoute de cette bouche qui vous réponde : acidité sur la langue, salivation qui survient et les arômes qui explosent en bouche ; tout est là : on apprécie simplement et on saisit le temps pour mastiquer posément lentement et découvrir ainsi les textures, les saveurs, les notes de fraîcheur ou de chaleur. Optez en plus pour une focalisation sur l’écoute des sons que produit votre bouche, écouter notre propre fonctionnement intérieur, jusqu’au soupir de satisfaction. Le plaisir se découvre autrement.

Imprégnez-vous de ces ressentis corporels. Laissez votre corps s’exprimer et accueillez les frissons, les plaisirs émotionnels qui passent par le ventre,

Soyez à votre écoute et amplifiez le phénomène pour faire durer la séance : opter pour une pose des couverts entre chaque bouchée, veillez à faire durer cet intervalle de 20 à 30 secondes pour mâcher lentement, posément, vous concentrer sur ce vécu et permettre ainsi à votre corps d’intégrer des messages de plaisir et quant à vous d’écouter tout ce qu’il a à vous dire : appréciation, satiété.

Rappelez-vous que le plaisir fait partie de notre héritage et doit être l’objectif de notre vie : Il libère au niveau de notre cerveau des hormones d’endorphines appelée communément hormones du bien-être et du bonheur. Il augmente ainsi votre énergie et facilite votre équilibre, votre harmonie.

Sachons de plus profiter sans culpabiliser : le meilleur moyen pour ne pas garder ces crêpes sur nos hanches et retrouver notre taille ou poids de forme.

Profiter pleinement ce Cette Chandeleur : l’opportunité d’aiguiser vos sens, d’éduquer votre corps, apprendre sur vous, votre fonctionnement pour à partir de ce jour manger en conscience des délices sans supplice !

Par Sophie Colas, hypnothérapeute et sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.