/ Bien-être

Perdre naturellement et simplement vos kilos superflus avec les techniques naturopathiques

Avec l'été qui approche et les fêtes de fin d'année loin derrière nous, le temps est à la remise en forme. Dans la volonté de retrouver un corps sain, les techniques de médecine complémentaire peuvent vous être utile. Notamment la naturopathie, qui peut vous accompagner sur ce chemin vers une silhouette harmonieuse mais aussi pour vous sentir belle et bien dans votre corps et gagner en vitalité.

Marjorie Decloquement, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine, élabore les méthodes naturopathiques pour retrouver une hygiène de vie saine.

Perdez du poids naturellement sans changer de style de vie.

Perdre du poids intelligemment en ayant une approche globale et personnalisée. En effet, nos besoins alimentaires varient en fonction de notre activité et nous ne sommes pas tous égaux face à l’alimentation.

Métabolisme plus ou moins rapide, constitution physique, rapport à l’alimentation lié aux émotions et au stress, « éducation alimentaire » durant l’enfance qui va jouer sur nos goûts, nos préférences mais également une fatigue chronique, certaines pathologies, les troubles alimentaires... De nombreux facteurs influencent notre silhouette.

Afin d’avoir de bons résultats et surtout pour éviter les régimes à répétition et pour arrêter de vous battre contre vos kilos, prenez le temps de faire le point avec votre naturopathe. Oubliez les régimes, il s’agit de retrouver son poids santé en adoptant des habitudes de vie saines et gourmandes. Oui, j'ai bien dit et "gourmandes" ! Puisque pour tenir dans le temps et ensuite conserver un poids stable, il est primordial de garder cette notion de plaisir et de satisfaction que nous apporte la nourriture.

La meilleure manière de perdre du poids, c’est de faire appel à des réglages alimentaires inscrits dans un programme complet d’hygiène de vie ! Voyons ensemble les points les plus importants pour perdre du poids.

Un sommeil de qualité

Le manque de sommeil ou un sommeil de mauvaise qualité perturbe le bon fonctionnement de notre organisme. En particulier la zone qui gère la satiété (un état de rassasiement) et les envies alimentaires. Plusieurs études ont montré le lien entre manque de sommeil et prise de poids. Avec la fatigue et le manque de sommeil, c’est le cerveau de la "survie" appelé cerveau reptilien, qui prend le dessus. Il pousse les personnes en manque de sommeil vers des aliments plus caloriques.

Lors du sommeil, le corps fabrique des hormones essentielles pour réguler l’appétit : la leptine et la ghréline. La première favorise la satiété tandis que l’autre stimule l’appétit. Un manque de sommeil va dérégler cette production hormonale avec un déficit en leptine. La faim devient difficile à gérer...

Pour un bon sommeil, plusieurs solutions se présentent : il est important de se coucher à une heure régulière, de ne pas rater les premiers signes d’endormissement, d’éviter les écrans avant le coucher ou encore de dîner tôt et plus léger… En cas de difficultés d’endormissement ou des insomnies, commencer déjà par ces gestes maximisera vos chances de réussite pour retrouver votre silhouette santé.

En cas de fatigue chronique, trouver la ou les causes pour gagner en énergie

Un surpoids ne met pas à l’abri de carences alimentaires. L’agriculture et l’élevage intensif ont dénaturé les sols et l’alimentation moderne est extrêmement pauvre en nutriments (vitamines, minéraux, oligo-éléments, antioxydants). Des soucis digestifs, une perméabilité intestinale, un déséquilibre acido-basique, le stress chronique, des intolérances peuvent perturber l’assimilation des nutriments.

Les carences en magnésium, fer et iode peuvent contribuer à une fatigue importante. Pour bien fonctionner nous avons besoin d’énergie, appelé également ATP (adénosine triphosphate). Cette molécule est synthétisée grâce aux mitochondries, ces organites présents dans nos cellules ont besoin de magnésium, d’oxygène pour produire de l’énergie.

S’il est tout à fait normal d’être fatigué en fin de journée, une fatigue matinale et prolongée ne l’est pas ! Ce manque d’énergie peut pousser à consommer plus d’excitants (café, thé, chocolat mais aussi sucreries) pour avoir l’impression d’être plus en forme. Alors que c’est tout le contraire qu’il se passe. Manger et surtout grignoter ne fait que surcharger l’organisme et entraîne des pics important d’insuline. Ils vont favoriser le stockage des sucres en excès sous forme de triglycérides qui vont être mis en réserve dans les tissus adipeux. En parallèle, si l’insuline est produite en excès, elle va trop faire baisser la glycémie ce qui entraîne une hypoglycémie réactionnelle avec l’envie et le besoin de manger de nouveau… Bref, c’est un cercle vicieux infernal ! Il s'agit de combler ces carences et consommer des aliments à indice glycémique faible ou moyen.

Des neurotransmetteurs de qualité et en bonne quantité

Manque d'appétit devant un aliment censé vous donner du plaisir, non reposé au réveil, effet yoyo, l’alimentation est pour vous une récompense. Vous manquez certainement de dopamine. Ce neurotransmetteur est notre coup d’accélérateur. Il nous motive et joue sur la qualité du sommeil. Pour augmenter votre taux de dopamine, consommer les protéines le matin en particulier les aliments riches en tyrosine. Cet acide aminé présent dans les poissons, la viande blanche, les produits laitiers de brebis, chèvre, les oléagineux s’oxydent rapidement. Il est ainsi nécessaire de consommer des fruits et légumes pour limiter son oxydation et qu’il puisse être utilisé sous forme de dopamine.

La relaxation et les activités sportives favorisent également sa synthèse. Justement on en arrive au sport...

Une activité physique régulière et une bonne masse musculaire

Tout le monde le sait, le sport est indispensable à notre équilibre. Il active tous nos organes, permet de réguler le stress, de mieux gérer les émotions, protège nos os de l’ostéoporose, entretiens une bonne masse musculaire… Je continue ? Alors, à vos baskets, à vous de trouver l’activité qui vous motive : yoga, course à pied, natation, pilate, renforcement musculaire, la liste est longue !

Moins de sucres et des bonnes graisses

Contrairement à certains a priori, le sucre est l’aliment qui fait le plus grossir et non les graisses. Au contraire, des graisses de bonne qualité permettent même de perdre du poids ! Pas de desserts à la fin de tous les repas, limiter les aliments à indices glycémiques élevés et surtout consommer des acides gras polyinsaturés. Huile de colza, de cameline, de lin, amandes, noix de Grenoble, avocat, petits poissons gras types sardines, maquereaux... Ces acides gras (oméga 3 et EPA/DHA) favorise le lipolyse autrement dit la destruction des graisses.

Une bonne répartition des repas durant la journée

Notre organisme a un rythme qui lui est propre : rythme circadien, horloge biologique… Les fluctuation hormonales, la production d’enzymes digestives sont à prendre en considération pour une bonne assimilation de nos repas.

Petit-déjeuner de roi, déjeuner de prince et dîner de mendiant. On garde ce principe mais on écoute son corps. Selon les personnes, il faut plus ou moins de temps pour se réveiller le matin et ressentir la faim. Toujours écouter ses sensations et prévoir une collation dans la matinée. Dans le cas où vous n’avez jamais faim le matin, interrogez-vous tout de même sur votre repas du soir. Le prenez-vous trop tard ? Est-il trop lourd ? Cela pourrait expliquer le manque d’appétit au réveil, se lever à la dernière minute laisse également peu de temps à votre organisme pour se réveiller et avoir faim.

A retenir :

Le matin : des protéines et des bonnes graisses, il faut éviter les sucres rapides.

Le midi : des protéines maigres, c'est-à-dire beaucoup de légumes et un peu de céréales selon l’activité physique et la sensibilité digestive.

Le goûter : des fruits, oléagineux.

Le soir : dîner tôt et léger car nous avons moins d’enzymes digestives. Le corps se prépare doucement au sommeil, et profitez-en pour vous drainer. En ayant des repas riches en graisses et en sucres vous entravez ce processus de détox !

Vos émotions : alliés ou ennemis de votre silhouette ?

Reconnaître et nommer ses émotions peut aider à mieux les vivres, tout aidant à limiter pour certains l’envie de se réconforter avec des aliments. Ce phénomène engendre bien souvent de la culpabilité et du stress et un besoin de réconfort. Un véritable cercle vicieux s’installe. Sachez que cette recherche du plaisir est physiologique et inné ; on parle de circuit de récompense et de craving. (de l'anglais "désir insatiable")  

Un manque de sérotonine et un stress important crée des pulsions irrépressibles qui conduisent à trouver rapidement une sensation de plaisir. L’alimentation est un moyen rapide d’apaiser ces sensations et peut devenir rapidement une habitude ancrée physiologiquement. Il est important alors de différencier la faim physique et la faim émotionnelle.

Si la faim physique se manifeste avec des sensations de creux dans l’estomac, d’étourdissement, de difficultés de concentration, de salivation avec une envie raisonnable d’aller à table ; la faim émotionnelle, elle, est plus asymptomatique avec des envies alimentaires plutôt molles, crémeuses et sucrée ou salée selon les goûts. Elle se manifeste davantage par pulsions et envies irrépressibles pour des aliments très caloriques.

Gérer ses angoisses, son stress (accompagnement en phyto, aroma, elixirs floraux, blocages émotionnel LEAA, hypnose…) et trouver un autre objet de réconfort va aider progressivement à sortir de ces habitudes néfastes. La priorité est alors de gérer la cause de cette prise alimentaire avant même d’essayer de perdre du poids.

En effet, perdre du poids est un stress pour l’organisme, il est indispensable d’apprendre à gérer et libérer ses émotions avant d’entamer un réglage alimentaire. De même, il est essentiel d'apprendre à s’aimer et voir ses qualités au lieu de ne voir que ses défauts. Nous sommes bien souvent intransigeant et sévère avec nous-même. Se dévaloriser et se critiquer engendre du stress qui empêche de maigrir.

Pour en finir avec les problèmes de poids : adoptez des habitudes saines, retrouvez les plaisirs simples et le goût des aliments, mangez en conscience, écoutez et accueillez vos émotions... N'hésitez pas à vous faire accompagner par un naturopathe.

Par Marjorie Decloquement, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine.