/ Psycho

Pourquoi éviter l’alcool en cas d’anxiété ?

Il est coutume de considérer l’alcool comme un anxiolytique naturel. En effet, l’alcool désinhibe, il euphorise, il lève des craintes, des peurs et la personne anxieuse se sent soulagée par sa consommation alcoolique.

Mais alors pourquoi éviter l’alcool en cas d’anxiété me direz vous ?

Tout d’abord, définissons ce qu’est l’anxiété. C’est un état de trouble psychique causé par la crainte d'un danger. On pourrait dire que l’état désiré de la personne anxieuse est un état de confiance en elle ou au bon déroulé des évènements qu’elle ne maitrise pas. Elle y parvient momentanément en consommant de l’alcool. Effectivement, l’alcool va activer les neurotransmetteurs GABA qui induisent la relaxation ainsi que la dopamine qui va apporter un effet euphorisant. Le souci est que l’organisme comprend que cette prise alcoolique provoque des modifications anormales dans son équilibre toujours recherché (homéostasie) et va donc réguler à la baisse ces neurotransmetteurs dans le sang. Du coup, le lendemain de la prise alcoolique, la personne voit ses symptômes anxieux encore plus présents. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond. Et comme cette anxiété se développe, la personne peut être très tentée de reprendre de l’alcool pour gérer efficacement ses symptômes. Et vous l’aurez compris, c’est là que le cercle vicieux de la dépendance s’installe.

L’alcool est donc un inducteur d’anxiété et quand l’addiction prend place, d’autres problèmes surviennent :
une potentielle perte de contrôle comportementale qui peut amener de sérieux risques sociaux (licenciement, divorce, conflits, isolement) ;
une incapacité à conduire un véhicule ou pire, une conduite en état d’ivresse et des risques accidentogènes ;
une haleine alcoolisée, un physique qui se métamorphose (rougeurs, prise de poids) indiquent clairement à l’entourage la la dépendance alcoolique de la personne qui peut se sentir stigmatisée ;
de graves problèmes de santé vont indubitablement se manifester si la dépendance s’ancre dans le temps.

Toutes ces conséquences vont bien évidemment exacerber le manque de confiance de la personne et peut-être même la conduire à une dépression.

Lorsque la personne anxieuse est devenue alcoolo-dépendante, il s’agit avant tout de commencer par un sevrage alcoolique. L’arrêt de l’alcool à lui seul va permettre à la personne de retrouver sa confiance en elle, son estime personnelle. Pour ce sevrage alcoolique, il est possible de consulter un psychiatre, un addictologue ou un hypnothérapeute. La meilleure option serait de les consulter conjointement en privilégiant une bonne communication entre thérapeutes. L’hypnose apporte des résultats rapides et durables sur les addictions mais le suivi médical reste toujours incontournable.

Une fois le sevrage alcoolique effectué, il s’agit de trouver le praticien qui saura accompagner le patient pour apporter une solution efficace aux anxiétés résiduelles : psychiatre, psychothérapeute, hypnothérapeute, médecine chinoise, psychologie énergétique, etc…

En conclusion, si vous êtes anxieux, vous avez compris que la prise d’alcool n’est pas une étape obligée et qu’il est nécessaire de l’éviter. Il est très largement préférable de prendre soin de vous en vous faisant accompagner par le thérapeute de votre choix pour résoudre vos problèmes anxieux à la source.

Par Christophe Reynes, thérapeute certifié et validé du réseau Medoucine.

Pour prendre soin de vous naturellement voir aussi

Mixer l’art et la méditation pour un bien etre dirable
Le massage Shiatsu: un allié pour la saison d'automne e pleine forme
La valeur des choses voir la vie d'un autre point de vue
Comment valoriser une personalité introvertie ?
Booster son systeme immunitaire quand vous êtes fatigué
Ne laissez pas les acouphenes vous pourrir la vie !