Menu

Parents : gérer la frénésie de la période des fêtes

9 décembre 2021

Dans la vie tout change, mais Noël demeure. “C’est Noël quand même”, dit-on. Pour se donner de l’élan, pour décorer la maison, pour venir à bout des cadeaux, pour inviter le membre de la famille resté seul, pour se réconcilier, ou pour choisir le menu.

Guide gratuit

En cette période des fêtes, frénésie d’achats côtoie frénésie culinaire comme frénésie émotionnelle. Les pressions commerciales, sociétales, familiales montent en flèche; “c’est Noël quand même !” et chacun se met à rêver d’un Noël parfait. Une mise en scène de la Famille s’écrit chaque année, pour le meilleur…et pour le pire aussi parfois !

Pour faire face à cette frénésie des fêtes, voici quelques suggestions…

Organisation et planification

Pour tout ce qui concerne le matériel, que ce soit achat des cadeaux, réalisation des repas, accord sur le lieu, etc., la meilleure organisation passe nécessairement par la planification. 

Guide gratuit

L’achat des cadeaux tout au long de l’année est un truc malin : une façon d’étaler les dépenses et de prendre le temps pour saisir l’opportunité d’un cadeau judicieux qui fera plaisir. 

Si vous êtes nombreux, pensez à partager les tâches. Déléguez de façon claire ; chacun aura ainsi un rôle, se sentira appartenir au groupe, et c’est déjà un grand pas pour une bonne ambiance. Le partage des tâches évite le clivage acteur/consommateur qui nourrit bien souvent des tiraillements.

Parents : gérer la frénésie de la période des fêtes

Unsplash

Prendre conscience des scénarios

Faire plaisir à ceux qu’on aime, chercher le cadeau adapté à leurs besoins et leurs goûts, trouver une bonne idée, concevoir une jolie déco, tout cela peut effectivement participer à la joie des préparatifs et renforcer les liens. 

Néanmoins, cette quête peut devenir une véritable corvée ou un stress considérable. Quand on s’y prend au dernier moment, quand il en faut pour les enfants, petits-enfants, parents, grands-parents, frères et soeurs, neveux et nièces, beaux frères, belles soeurs, la voisine et son chat… ça fait quand même beaucoup ! Les tensions proviennent souvent d’une exigence de perfection et de contrôle sur les évènements. Un sur-investissement des fêtes, qui n’est là bien souvent que pour croire à LA famille idéale que l’on voudrait être, et qui nous met sous pression.

En devenant conscient de ce qui se joue entre les convives, des réactions infantiles et des répétitions, des réponses des uns et des autres aux rôles assignés, des ambivalences et des contradictions qui courent entre les membres du groupe, vous prendrez du recul et gagnerez en flexibilité et bienveillance.

Halte aux règlements de compte

Entre les canapés de foie gras et la dinde au marron, évitez de sortir les “gros dossiers “! Dans chaque famille, il existe des rivalités, des rancoeurs, des amertumes, des “pilules mal digérées”, des idées fixes, ou plus encore ! Noël n’est pas le moment de l’année adéquat, pour tenter de régler ce problème avec le frère qui refuse de tondre la pelouse de la maison de vos parents alors qu’il est bien content d’en profiter tous les étés.

Vous pensez que c’est l’occasion parce que sinon vous ne le voyez jamais ? Non, c’est définitivement une fausse bonne idée ! 

Parents : gérer la frénésie de la période des fêtes

Unsplash

Lâchez-Prise

Alors accepter de lâcher prise vous aidera beaucoup à rester zen ! Vous abandonnez la réalisation de la bûche à quelqu’un d’autre et ce ne sera pas la recette de votre enfance : et alors ? Est-ce si grave ? Et si c’était l’occasion de découvrir les talents culinaires de Noémie, votre nièce ?

Le budget-cadeaux-déco vous stresse ? Organisez un tirage au sort entre membres de la famille pour que chacun se retrouve avec une seule personne à gâter. Et gardez bien le secret sur les résultats du tirage, ce sera plus drôle ! Vous pouvez aussi vous écrire des lettres, planter des arbres, jouer ensemble, inventer des spectacles, regarder d’anciennes vidéos familiales, penser “sobriété heureuse” en privilégiant les échanges inter-générationnels.

Enfin la déco est une excellente occasion de faire participer les enfants, qu’ils soient petits ou grands, les faire rêver, les embarquer dans cette magie de Noël que tout le monde attend. Astuces, créativité et bonne humeur sont les ingrédients majeurs d’une déco réussie qui ne coûte pas forcément des milles et des cents.

Et si malgré tout, votre ado traîne son désenchantement, acceptez-le aussi en coupant court aux injonctions d’être heureux, parce que “c’est Noël quand même….” 😉

Ressourcez-vous

Si vous sentez que vos émotions risquent de déborder, que votre stress monte, ressourcez-vous. Que ce soit avant les fêtes ou pendant. Vous pouvez vous centrer sur votre respiration : ùain sur le ventre pour vous aider à sentir votre ventre gonfler, inspirez  profondément par le nez. Puis expirez lentement, par la bouche ou le nez, le long de votre colonne vertébrale jusqu’à vider l’air de votre corps. Expirez plus longuement que vous n’inspirez.

Vous pouvez également aller faire un tour dehors, réellement, ou un tour dehors virtuel en restant dedans, à l’aide de la visualisation. Avant les fêtes, octroyez vous des moments cocoon à vous, rien qu’à vous !

Pensez aboutissement plutôt qu’instant

On ne peut échapper totalement à l’idéalisation d’un Noël fantasmé. Mais ce qui fait la magie de Noël, c’est essentiellement cette envie de partage, de chaleur familiale, cette générosité qui circule lorsque chacun veut faire plaisir à l’autre. Alors on oublie la petite remarque dérangeante ou la guirlande kitsch qui n’a rien à faire là, et on se centre sur tous les points positifs, sourires, exclamations de joie, qui construisent cette journée. Avant tout, Noël n’est pas un rêve figé Instagram, mais un rêve vivant, qui bat dans les coeurs.

Parents : gérer la frénésie de la période des fêtes

Unsplash

Profitez d’être ensemble !

Cette année, après les restrictions de Noël dernier et ce temps pandémique si singulier, les attentes et les espérances seront sans doute encore plus fortes. Alors équipez-vous de sourires et d’amour ; la joie de Noël se savoure dans la curiosité de l’autre, la rencontre, l’accueil des temps, des choses, des gens, comme ils sont. Noël est un temps d’arrêt dans le rythme effréné de nos vies, un temps de douceur et de fraternité. Pourquoi y mettre de la frénésie ? Le monde a tant besoin de ces lumières là qu’il serait dommage de les affaiblir.

 

par Laure de Balincourt, coach certifiée et validée du réseau Médoucine.

Trouvez un coach certifié près de chez vous sur Médoucine

À lire aussi :

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Laure de Balincourt A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous