Menu

L’ocytocine, l’antidote du baby-clash

12 janvier 2022

L’arrivée d’un enfant est un heureux événement qui se partage avec toute la famille, les amis et parfois même, rassemble tout le village !
Dans les contes de fées de notre enfance nous avons souvent lu et imaginé la suite de cette citation : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants. » Pourtant, la transition de 2 à 3, avec l’arrivée de bébé n’est pas toujours si rose… Cette période peut être vécue comme un véritable tsunami pour le couple, qui se redécouvre et s’adapte au nouveau « petit chef d’orchestre » de la maison. Alors, quelle est « la vraie recette du bonheur » et comment préserver son nid pour vivre l’arrivée de bébé en douceur ? L’ocytocine semble pouvoir y contribuer !

L’ocytocine, l’hormone de l’amour

L’ocytocine, c’est cette hormone que nous sécrétons tout naturellement quand nous sommes dans un état de bien être et d’amour. Pendant nos balades nature en famille, en savourant un thé avec nos ami(e)s, lors d’une « ronronthérapie » avec notre chat ou tout simplement quand nous regardons notre bien aimé(e) dans les yeux, avec amour. A chaque instant de bonheur, notre corps produit cette merveilleuse hormone. Vous l’aurez compris, l’ocytocine est sécrétée par notre cerveau lors des moments d’affection, de tendresse où les attentions délicates comme les compliments sincères sont à l’honneur. Elle nous permet de tisser et d’entretenir des liens d’attachement et de confiance avec notre entourage.

Les pouvoirs de l’ocytocine sont nombreux et peuvent avoir des bénéfices inestimables pour nous et notre famille. Connue comme véritable carburant des contractions utérines qui amèneront à la naissance de bébé, elle participe également à la mise en place et au maintien de l’allaitement maternel.

Récemment, des études ont montré son rôle au sein du cocon familial. En effet, les familles qui « baignent » dans l’ocytocine se sentent plus soudées et chaque membre trouve sa place plus facilement.

L'ocytocine, l'antidote du baby-clash

Unsplash

Le baby-clash késako ?

La naissance d’un enfant apporte son petit lot de surprises aux jeunes parents et tous vivent des turbulences plus ou moins faciles à surmonter. Bébé n’étant pas livré avec un mode d’emploi, apprendre à le connaitre, comprendre ses besoins et s’adapter à ce nouveau quotidien demande beaucoup d’énergie. La fatigue s’installe, les responsabilités et les to-do list s’allongent, le corps se remet lentement de cette grande aventure de l’accouchement, le temps pour se retrouver en amoureux est plus restreint ; c’est l’effet boule de neige qui entraine progressivement les couples vers le grand choc du baby-clash.

Aujourd’hui, en France, 25% des couples se séparent dans les premières années qui suivent la naissance de bébé. Désemparés face aux nombreux changements qu’entrainent la naissance d’un enfant, ces couples épuisés ne trouvent plus d’issue pour sauver leur couple.

Avant que la dépression pointe le bout de son nez et que les disputes deviennent nombreuses et violentes, comment pouvons nous protéger notre famille et éviter le drame ?

L'ocytocine, l'antidote du baby-clash

Unsplash

Plus qu’un antidote, une vrai potion magique

La grossesse nous offre 9 mois pour créer notre nid et nous préparer à accueillir bébé. C’est dans ce sens que l’on encourage de plus en plus les partenaires à prendre leur place et faire équipe avec leur femme. Participer activement à l’évolution de la grossesse, soutenir sa compagne, exprimer ses doutes, ses interrogations va permettre au couple de trouver des espaces de communication et que chacun puisse s’investir dans la famille en construction.

Les partenaires se sentent souvent spectateurs et impuissants face à leur femme qui porte la vie et donne naissance à bébé. Pourtant, leur soutien est considérable. Quand nous leur offrons l’occasion de s’impliquer précocement, ils se sentent bien souvent en gratitude, fière et heureux d’être acteurs, présent pour leur femme et leur enfant. Les femmes se sentent à leur tour plus forte et en sécurité pour enfanter dans les meilleures conditions. Le petit nid familial est ainsi préservé, l’ocytocine coule à flot, la naissance se vit tout en douceur, naturellement, sans encombre et les liens d’attachements sont renforcés. Les nuages gris peuvent être présents mais les tornades sont inexistantes.

L’antidote est là : impliquez vous ensemble, dès la conception vers la transition de 2 à 3. Choisissez des personnes de confiance pour vous accompagner dans cette belle aventure. Ainsi, vous saurez comment préserver votre cocon tel un joyau précieux qui vous inondera d’ocytocine.

 

par Céline Béhal, accompagnante du féminin et de la naissance, certifiée et validée du réseau Médoucine.

Trouvez un praticien pour accompagner la grossesse (en complément d’une prise en charge médicale) certifié près de chez vous sur Médoucine

À lire aussi :

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Céline Behal A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous