Menu

Le stress post-traumatique n’est pas une fatalité

20 janvier 2021

Comment se relever d’un traumatisme, grandir malgré les épreuves…

Qu’est ce qu’un stress post-traumatisme ?

Le stress post traumatique survient après l’exposition à un événement qui convoque l’idée d’une menace extrêmement soudaine ou de la mort avec un effet de surprise, une angoisse telle qu’elle dépasse nos capacités de gestion et de réaction. 

L’événement est tel qu’il va pétrifier le psychisme. L’événement sidère et met en panne le cortex cérébral qui ne pourra pas jouer son rôle de modérateur ou d’extincteur de la réponse émotionnelle à l’événement.

Cette blessure psychique va venir et revenir se réactualiser dans le présent de la personne, lui polluer son quotidien. La vie devient un terrain miné par cette mémoire traumatique.

Le stress Post traumatique n’est pas une fatalité

Pexels

Comment reconnaître un stress post-traumatique ?

On le remarque par différents troubles comme les cauchemars, les idées intrusives, les flash back, les évitements de tout ce qui pourrait réactiver les émotions liées à l’événement.

La personne va avoir un sentiment de stress, un sentiment de menace permanent, une hyper vigilance, elle se sentira en insécurité permanente. Des conduites d’évitement et de contrôle de l’environnement se mettent alors en place. 

Un exemple : les pensées intrusives vont jaillir dans l’esprit à un moment inadapté, moment où l’on pourrait être bien, il n’y a pas de danger. Une émotion forte accompagne ces images qui rappellent l’événement.

La personne aura aussi tendance à être soit en recherche d’informations sur l’événement, comme une obsession, ou au contraire un évitement total.

Comment traiter un stress post-traumatique ?

Le travail psychothérapique

Le traitement de la mémoire traumatique est essentiellement psychothérapique. C’est un travail au long court, humble et patient.
Être conscient que l’on fait toujours du mieux que l’on peut au moment où on le fait. Faire preuve de bienveillance avec soi-même car il y aura forcément des moments de découragement.

Le traitement psychothérapique centré sur la mémoire traumatique consiste à faire comprendre à la personne les mécanismes psycho-traumatiques.
Il s’agit de “réparer” l’effraction psychique initiale, la sidération psychique liée à “l’irreprésentabilité” de l’événement. Cela se fait en “revisitant” le vécu de l’événement, accompagné pas à pas par un “démineur professionnel” avec une sécurité psychique offerte par la psychothérapie.

« L’idée étant que ce vécu puisse petit à petit devenir intégrable, car mieux représentable, mieux compréhensible, en mettant des mots sur chaque situation, sur chaque comportement, sur chaque émotion, en analysant avec justesse le contexte, ses réactions. Cette analyse poussée permet au cerveau associatif et à l’hippocampe de reprendre le contrôle des réactions de l’amygdale cérébrale et d’encoder la mémoire traumatique émotionnelle pour la transformer en mémoire autobiographique consciente et contrôlable. » – Dr Muriel Salmona 2012.

 

Accepter le stress Post traumatique

Pexels

L’acceptation

Le mot clé durant cette période où la personne se réapproprie son histoire c’est l’acceptation, pas au sens de se résigner ou de capituler, mais bien au contraire l’acceptation au sens stoïcien du terme, prendre acte de et se mettre après en ordre de marche à son rythme, pour reconstruire.

Accepter ses vulnérabilités qui ne nous font pas passer pour quelqu’un de fragile mais pour quelqu’un de complet.

Dans un second temps on commence à développer une présence à soi-même différente, une forme de spiritualité qui n’a rien à voir avec la religion, mais plutôt un autre rapport à la mort, la mort réelle comme la mort symbolique (la perte d’un travail est une mort symbolique). J’ai surmonté cela donc je suis capable d’aller vers.

Quelles formes prend la croissance post-traumatique ?

La croissance post-traumatique a tendance à se produire dans cinq zones générales.

  1. Parfois, les personnes qui doivent faire face à des crises majeures de la vie ont le sentiment que de nouvelles opportunités ont émergé de la lutte, ouvrant des possibilités qui n’existaient pas auparavant. Les personnes choisissent ce qu’elles veulent vraiment faire, elles se le représentent comme une nouvelle chance qui leur est donnée.
  2. Un second domaine est un changement dans les relations avec les autres. Certaines personnes éprouvent des relations plus étroites avec d’autres. Elles sentent aussi parfois une connexion à celui qui souffre plus profonde.
  3. Un troisième domaine de changement possible c’est le fait de se sentir plus fort : “si j’ai vécu cela, je peux faire face à tout”.
  4. Un quatrième domaine vécu par certaines personnes est une plus grande appréciation de la vie en général.
  5. Le cinquième domaine concerne le domaine spirituel. C’est l’idée que les choses ont un sens.

Quand c’est le chaos, tous les repères de l’individu s’effondrent, toutes ses croyances sur les relations avec ses proches, sur la capacité d’être protégé par la technologie, par le système de santé… à un moment s’effritent. L’esprit humain a besoin de reconstituer du sens. (source : Posttraumatic Growth Research Group- Department of Psychological Science)

Commence alors un processus de simplification. On revient à l’essentiel, on se délaisse du reste.
Pour passer du chaos au cheminement il faut du temps, il est important de ne pas avoir peur de ce temps qui est nécessaire pour ensuite transcender ses peurs et dépasser ses limites et ses anciennes croyances.

La plupart d’entre nous, face à des pertes très difficiles ou à de grandes souffrances auront une variété de réactions psychologiques très pénibles. Le fait que les individus connaissent une croissance ne signifie pas qu’ils ne souffriront pas. La détresse est typique lorsque nous faisons face à des événements traumatisants. Pour autant la personne pourra vivre ensuite une croissance qu’elle n’aurait pu imaginer possible au départ avec un éventail de possibilités pour la suite de sa vie.

Par Virginie Mangano Psychopraticienne, Gestalt thérapeute, validée et certifiée par le réseau Medoucine.

A lire aussi :

 

 

 

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Virginie Mangano A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous