/ Bien-être

Le soleil et la peau : amis mais pas trop !

L'été approche à grande vitesse et la tournée des bronzages d'été également. Si vous êtes friand d'une belle peau rajeunit et bronzée par le soleil, il faut tout de même faire preuve de vigilance. C'est la problématique que développe Aurore Roose, naturopathe et sophrologue certifiée et validée du réseau Medoucine.

La composition de la peau : à prendre en compte avant le bronzage


Notre peau est composée de plusieurs couches, nous avons l’épiderme (la couche externe de la peau), puis le derme et enfin, l’hypoderme, la couche la plus profonde. Ce que le soleil nous envoie ce sont :

-        des rayons ultraviolets B, que l’on appelle UVB,

-        des rayons ultraviolets A, que l’on appelle UVA,

-        et des rayons infrarouges.

Tous ces rayons peuvent endommager la peau. Mais notre corps possède des mécanismes d’autoprotection contre ces rayons.

Les mécanismes naturels de protections contre les rayons

Le premier est le bronzage. Dans l’épiderme on trouve des mélanocytes, des cellules qui fabriquent la mélanine en réaction aux UV, et c’est cette mélanine qui va colorer la peau puisque la mélanine est un pigment. Le deuxième mécanisme est l’épaississement de l’épiderme qui réduit la pénétration des rayons nocifs. Malgré les mécanismes de protection endogène, les peaux claires ne sont pas armées pour lutter contre le soleil d’été.

En cas d’exposition prolongée sans protection solaire en été, la peau brûle car les mélanocytes sont dépassés, c’est le coup de soleil. Il n’y a pas un type de coup de soleil. Puisque ce sont de véritables brûlures, tout dépend du degré :

•        Premier degré : le coup de soleil ressemble à une plaque rouge plus ou moins grande, et qui est douloureuse et chaude au toucher.

•        Deuxième degré : celui-ci s’accompagne de cloques.

•        Troisième degré : ce type de coup de soleil a directement endommagé le derme et l’épiderme et nécessite une consultation médicale.

Chaque coup de soleil fragilise la peau et en accélère le vieillissement, mais pas seulement. Une peau abîmée et fragilisée ne sait plus autant se préserver contre les méfaits du soleil et des cancers de la peau peuvent apparaître.

Comment protéger sa peau du soleil

Il est donc indispensable de se protéger avec une crème solaire adaptée. La crème solaire est nécessaire à partir du moment où on est en indice UV de niveau 3 à 5. Ces indices vont de 1 à 12. Certains sites internet ou certaines applications renseignent sur l’indice UV du jour.  La crème n’empêche pas de bronzer mais de brûler, elle est à appliquer toutes les deux heures en été pour ne courir aucun danger. Il n’existe aucun réel écran total permettant de se protéger de façon sûre et complète des rayons du soleil.

La crème solaire est une protection nécessaire mais pas suffisante contre les rayons néfastes du soleil et il faut adopter des comportements protecteurs : mettre de la crème régulièrement, se couvrir avec des vêtements de couleur claire, éviter les trop longues expositions au soleil, et surtout, éviter les expositions entre 11h et 16h, heures auxquelles le soleil et ses rayons sont les plus puissants de la journée.

En termes de protection solaire il faut choisir une crème qui a le sigle UVA inscrit dans un cercle sur le tube ou le flacon avec un indice de protection de 50 la première semaine. La mention résiste à l’eau signifie qu’il reste 50% des substances filtrantes en sortant de l’eau donc une crème résistante à l’eau permet juste de se baigner sans brûler mais elle nécessite tout autant de se retartiner en sortant de l’eau. A l’ombre, sous un parasol, derrière les vitres d’une voiture, les rayons sont encore présents à 50%. Et les nuages ne réduisent les rayons que de 10% donc un ciel couvert ne dispense pas de se protéger la peau. Les UV ne chauffent pas mais ils sont présents même quand on ne ressent pas de chaleur.

Par Aurore Roose, naturopathe certifiée et validée du réseau Medoucine.