/ Maux et douleurs

La fibromyalgie, qu'est-ce que c'est ?

Encore mal comprise et peu documentée, la fibromyalgie est un syndrome qui se manifeste par des douleurs diffuses dans tout le corps, associées à une grande fatigue et à des troubles du sommeil qui peuvent s’aggraver jusqu’à constituer un handicap. Si elle est souvent confondue avec la fatigue chronique, dont elle partage de nombreux symptômes, elle est néanmoins une affliction à part entière, qui touche environ 5% de la population, dont 80% sont des femmes entre 30 et 50 ans.

La Fibromyalgie touche environ 5% de la population, dont 80% sont des femmes entre 30 et 50 ans.

Elle a longtemps été considérée à tort comme une maladie mentale de par ses manifestations d’allure « psychosomatique » jusqu’à sa reconnaissance officielle en tant que maladie rhumatismale en 1992 par l’Organisation Mondiale de la Santé.

Quelles sont les causes de la fibromyalgie?

Les causes de la fibromyalgie sont pour le moment inconnues. Plusieurs hypothèses ont cependant été avancées par les professionnels de santé : de nombreux cas se déclenchent après un choc émotionnel violent, un traumatisme important, ou une maladie virale, à tel point que les spécialistes s’interrogent sur l’impact de ces événements dans l’apparition de la maladie. L’association de la douleur à des troubles du sommeil et à la dépression a fait envisager l’éventualité d’un déficit en neurotransmetteurs, et plus particulièrement en sérotonine.

Les neurotransmetteurs sont des substances présentes en quantité infime au niveau du système nerveux. Ils sont impliqués dans des fonctions telles que le sommeil, l’humeur et la douleur mais également dans diverses fonctions sensorielles, motrices et cognitives. Ces dérèglements sont probablement à l’origine de l’importance des douleurs ressenties alors qu’on ne trouve aucune lésion des organes ou des tissus, ni aucun trouble biochimique pouvant les provoquer.

La sérotonine est une substance produite par des neurones ayant une action «antidouleur». Elle intervient dans la régulation du sommeil et de l’humeur. Son rôle a été mis en évidence dans certains désordres psychiatriques (anxiété et dépression notamment) et dans la migraine. Plusieurs travaux ont montré une diminution de son taux dans le sang des individus fibromyalgiques, sans qu’elle soit obligatoirement associée à une dépression, tandis qu’on peut noter une augmentation de la substance P, neuromédiateur de la douleur.

Dans le cas d’une fibromyalgie, malgré le maintien d’une réponse hormonale au stress, on note parfois une perturbation de la sécrétion d’hormones (corticoïdes) par les glandes surrénales (glandes situées au dessus-des reins), ainsi qu’une diminution du taux d’hormone de croissance. Ceci peut être à l’origine de la fatigue et de la faible tolérance à l’effort. Ces anomalies peuvent être cause ou conséquence du trouble.

Enfin, on observe très souvent, une sous-oxygénation cellulaire globale, qu’on estime due à un déficit en glutathion. Le glutathion est, après l’oxygène, l’élément de vie le plus important pour nos cellules puisqu’il est l’un des anti-oxydant les plus puissants.

Comment se pose le diagnostic?

La principale difficulté pour diagnostiquer la fibromyalgie réside dans l’absence de toute anomalie biologique, radiologique ou histologique détectable. On parle encore assez souvent de «maladie invisible».

Le diagnostic est entièrement clinique, et ne sera en général posé par le médecin qu’après élimination de toute autre cause organique des symptômes (myopathie, rhumatismes chroniques d’autre nature…). Par ailleurs, les médecins doivent distinguer la fibromyalgie du syndrome de fatigue chronique qui est une maladie similaire.

Attention à ne pas confondre la Fibromyalgie avec le syndrome de la fatigue chronique!

Certaines formes de fibromyalgie sont associées à d’autres maladies, en particulier aux rhumatismes inflammatoires. C’est le cas par exemple de la polyarthrite rhumatoïde où, malgré la réponse au traitement, les douleurs peuvent persister à cause d’une fibromyalgie secondaire.

Les examens biologiques, radiologiques, et éventuellement hormonaux, sont considérés comme un diagnostic différentiel.

La prise en charge d’une fibromyalgie est complexe d’un point de vue médical, car il convient de s’adapter à chaque patient, dont les besoins seront différents. Sont en général prescrits des anti-depresseurs et anti-épileptique, non pas pour leur action propre mais parce qu’ils vont agir sur les centre nerveux de la douleur. Il est important de garder à l’esprit que les traitements sont longs et progressifs, et les améliorations ne se font pas du jour au lendemain!

Néanmoins, les médecines complémentaires peuvent constituer des cartes à jouer pour que le patient apprivoise ses différents symptômes et douleurs.

*Rédigé en collaboration avec Florence Cartier

medoucine

medoucine

Choisissez les Praticiens Qualifiés en médecines douces avec les Avis clients, descriptions, formations et vidéos. Ils sont Sélectionnés par Medoucine.

Lire plus Prendre RDV