Blog medecine douce

L'horreur des acouphènes : l'AFREPA à la rescousse


L'horreur des acouphènes : l'AFREPA à la rescousse

Par Laëtitia Lemeunier, sophrologue membre de l'AFREPA et hypnothérapeute du réseau Medoucine.

Acouphène : non vous n'êtes pas fou

Vous entendez des bruits parasites alors que ces sons ne sont pas présent dans l'environnement, sous forme de bourdonnement, chuintement, sifflement ? Que seul vous entendez ? Hé non ! Vous n'êtes pas fou.Vous souffrez d'acouphènes comme 1 personne sur 4 en France.

Les origines de l'acouphène sont variées : perte auditive, traumatisme sonore, usure de l'oreille ce que l'on appelle des acouphènes objectifs. Concernant les acouphènes subjectifs, les plus fréquents n'ont pas de cause évidente retrouvée. Entendus des 2 côtés, soit d'une seule oreille par intermittence ou en continue, parfois synchrones avec les battements cardiaques ont les dit alors pulsatiles ; autant d'origine diverse qu'ils sont difficiles à résoudre par une simple prescription médicamenteuse.

L'AFREPA, une association pour aider les personnes souffrant d'acouphène

C'est pour cela qu'il s'est créé l'AFREPA l'Association Francophone des Equipes Pluridisciplinaires Acouphénologique. Des professionnels médicaux et paramédicaux ont mis leurs compétences en commun pour une meilleure prise en charge des patients acouphéniques et hypéracousiques. Composée d'orl, d'audioprothésiste et de sophrologue ou psychologue, chacun dans sa spécialité oeuvre dans la recherche des meilleures techniques s'adaptant aux origines diverses et complexes de l'acouphène.

Lors de la prise en charge du patient l'équipe remplira un questionnaire le THI qui aide à mesurer le retentissement d'un acouphène invalidant sur la vie quotidienne. Il traduit l'intensité de l'acouphène et son impact dans la vie personnelle et sociale, il mesure :

  • La sévérité de l'acouphène
  • La détresse psychologique
  • L'handicap qu'il représente

La sophrologie pour apprendre à vivre avec son acouphène

L'acouphène, par sa seule présence, peut entrainer un déséquilibre émotionnel. Il peut aussi être déclenché, aggravé ou entretenu par un événement stressant ou traumatisant, ce qui justifie le recours à des thérapies complémentaires.

Et la sophrologie dans tout cela ?

La sophrologie est une solution douce qui permet d'apprendre à apprivoiser et à vivre avec cet acouphène sans en souffrir.

Le stress et l'acouphène=un cercle vicieux !

Le patient se met à"écouter"ses oreilles tendant à installer un cycle négatif autour de lui, rendant ses émotions de plus en plus difficiles à maitriser. Le son devient alors une menace pour le cerveau qui le transite en signal d'alarme.

La sophrologie permet de gérer le stress et de ne pas se laisser envahir par l'acouphène. Apprendre à vivre avec en travaillant sur le processus d'acceptation, comme un bruit faisant partie de soi. De dé-focaliser en portant l'attention sur autre chose et travailler sur l'acceptation de la gêne occasionnée.

La sophrologie c'est l'apprentissage des techniques de respiration, s'adapter à"l'handicap"en faisant des pauses"orl", acquérir des techniques de dé-focalisation de celui-ci, relaxation musculaire, gérer au mieux ses émotions, et mettre en place un processus d'habituation et surtout retrouver une qualité de sommeil.

En résumé

En résumé, OUI il est possible d'apprendre à ignorer le bruit, de détourner son attention du symptôme et de reprendre la main en dirigeant son attention sur autre chose. Alors n'hésitez pas à contacter une équipe spécialisée près de chez vous (une cinquantaine d'équipes existe) et reprendre la main sur votre vie car vous êtes, comme votre acouphène , UNIQUE !

Par Laëtitia Lemeunier, sophrologue membre de l'AFREPA et hypnothérapeute du réseau Medoucine.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas visible