Menu

Astuces de la chrononutrition pour mincir et rester mince

Astuces de la chrononutrition pour mincir et rester mince

Si vous lisez cet article c’est que vous avez probablement presque tout essayé. WW, Comme j’aime, le jeune intermittent, Montignac et j’en passe. Mais ça ne vous réussit guère et, ok, vous perdez du poids mais vous reprenez tout, voire plus.

En plus, vous vous sentez frustré(e), fatigué(e), mais aussi de très mauvaise humeur.

Quel est votre objectif ? Mincir durablement et naturellement ? Redessiner votre silhouette ? Continuer à vous faire plaisir sans culpabiliser ? La chrono-nutrition répond à tous ces objectifs à la fois.

Voici quelques astuces pour éviter de prendre du poids et même pour mincir et rester mince.

La chrononutrition, c’est réapprendre à manger à l’endroit

L’approche a été mise au point par le médecin nutritionniste, Dr Alain Delabos en 1986 avec le Professeur Rapin. La chrononutrition limite la prise de poids en permettant de rester en bonne santé. Cette approche alternative, efficace et naturelle s’appuie sur la chronobiologie, c’est à dire les rythmes biologiques et les variations hormonales et enzymatiques de l’être humain au cours de la journée.

Comment la chrononutrition aide à rester mince ?

Pexels

Il s’agit donc ici d’être en accord avec les rythmes hormonaux et enzymatiques de notre corps qui sont régit par le cortisol. Le choix, la quantité, la qualité des aliments n’est pas en cause, mais il faut s’attarder sur le moment de les manger dans la journée. On peut grâce à la chrononutrition, en adaptant son rythme alimentaire, parvenir à un poids idéal et stable, mais aussi, dans la foulée, être en bonne santé en évitant l’hypertension, le diabète, le cholestérol, les problèmes de thyroïde

Le corps a exactement ce dont il a besoin au bon moment. La nutrition cellulaire est parfaite.

Les bases expérimentales et scientifiques de la chrononutrition

De plus en plus d’études et de travaux internationaux sont faits sur l’impact du moment où l’on s’alimente et sur le poids de la personne.

Il y a cette remarquable étude menée à partir de 1948 en collaboration avec l’université de Boston sur la population de Framingham, dans le Massachusetts. Au cours de cette étude, on avait donné, à trois groupes de personnes de profils pondéraux très différents, 2 500 calories par jour en un seul repas.

Un tiers prenaient ce repas le matin, un autre tiers à midi, et le dernier tiers le soir. Au bout d’un mois, les personnes nourries le soir avaient pris du poids, celles nourries à midi n’avaient pas bougé, et celles s’étant alimentées le matin en avaient perdu !

Les grands principes de la chrononutrition :

Le principe de base est très simple : il faut manger gras le matin, dense à midi, sucré au goûter et léger le soir.

 

Astuces de la chrononutrition pour mincir et rester mince

Pexels

Le matin, le pancréas sécrète des lipases et des protéases en abondance.

Le repas du matin est vraiment fondamental. En apportant les bons gras le matin, comme du fromage, des œufs, du beurre et des sucres lents uniquement sous forme de pain classique de boulanger, on évite ainsi au corps de stocker la graisse et on lui fournit de l’énergie pour la journée. Ces gras vont être transformés pour la reconstitution cellulaire pendant la nuit. C’est pendant que l’on dort que se produit l’ensemble des réactions chimiques de synthèse moléculaire et donc la nutrition cellulaire.

À midi, le pancréas sécrète des amylases et des protéases. Donc, le repas sera dense, riche et nourrissant avec des protéines animales avec des acides aminés essentiels hautement disponibles, accompagnés de féculents tels que des légumineuses, des pommes de terre, des féculents frais, on évitera les féculents « céréales ». Le corps se remuscle grâce à l’apport en protéines. Il est important de ne consommer rien d’autre : ni entrée, ni dessert, ni vin. Mais bien entendu, il faudra boire de l’eau – de source préférence.

5 heures après le repas du midi, il y a un pic d’insuline. C’est le goûter : repas très important, car il permet de chasser le coup de pompe de l’après-midi, on consommera alors des aliments sucrés comme des fruits frais de saison, et des oléagineux riches en tryptophane comme des noix, des amandes, des noisettes, même du chocolat à condition qu’il soit minimum à 70% et pas plus de 2 fois par semaine.

Enfin, le soir, le corps sécrète peu d’enzymes. Si on n’a pas faim, on ne mange pas. Si vous avez faim, vous pouvez manger du poisson ou des fruits de mer ainsi que des légumes cuits ou des crudités, dont la digestion permet de préserver le sommeil.

Chacun des repas est varié dans sa composition et comporte peu d’aliments différents, ce qui permet de simplifier le travail de digestion et de favoriser l’assimilation des aliments. Il est également conseillé de cuisiner, d’utiliser les épices, les aromates, les sauces. Bref, ce n’est pas un régime.

Arrêter de manger à l’envers pour manger à l’endroit.

C’est une approche révolutionnaire et agréable qui demande de réorganiser complètement ses habitudes alimentaires. On obtient des résultats positifs et exceptionnels sur la ligne et sur la santé.

 

Les astuces de la chrononutrition pour rester mince

Pexels

Il est important de signaler que les personnes arrêtant un “régime” de chrononutrition ne reprennent pas ou très peu de poids après. De plus, on ne ressent aucun “coup de pompe”, fatigue ou fringale en cours de journée. On se sent vite beaucoup mieux tout en se faisant plaisir avec des aliments habituellement interdits par les nutritionnistes, comme le fromage, la crème fraiche, le chocolat. A noter : on s’autorise une à deux fois par semaine un repas plaisir et on peut consommer tout ce dont on a envie au cours d’un repas (apéritif, entrée, plat et dessert).

Les interdits en chrononutrition

La méthode comporte quelques interdits, comme le soja, le lait et les yaourts, les produits transformés, les produits « light » ou à pseudo visée diététique, mais aussi, plus étonnant, la soupe.

En effet, la soupe est un redoutable contributeur de rétention d’eau et de cellulite en chargeant le corps en sels minéraux. On observe chez les femmes qui consomment beaucoup de soupe l’hiver ainsi que des légumes et crudités, notamment en été,  une ­fâcheuse tendance à accumuler de la cellulite sur les hanches et les cuisses.

Par Lucille Delaplace, naturopathe et praticienne en chrononutrition certifiée et validée du réseau Médoucine.

A lire aussi :

 

 

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Lucille Delaplace A propos de l'auteur

Ma mission consiste à vous accompagner afin de retrouver la santé et le bien-être, durablement.

Aucun commentaire
    Laisser une réponse