/ Addictions

Mon travail, ma vie, une création de valeur sans limites ?

Par Alice Siché, Mieux vivre...autrement, renforcement musculaire et massage chinois du réseau Medoucine.


N’est-il pas important de produire et de créer toute sa vie durant des choses qui nous semblent avoir une valeur pour nous et pour les autres. Le cadre du travail semble le plus visible et le plus structuré. C’est aussi ce qui implique sur la durée.

Indéniablement votre travail est une création de valeur, et peu importe si cette création correspond à une commande ou non, si elle est rétribuée ou non, chaque élément produit au cours d’une journée est une réalité qui s’impose, nul ne peut l’effacer. Il est donc valorisant à tout point de vue.

Cependant, depuis quelque temps, vous ressentez une force qui vous pousse à toujours en faire plus. Il est évident que votre travail vous porte au quotidien, que vous vous dépassez chaque jour un peu plus, et que l’épuisement ressenti ressemble plus à une récompense qu’à une alerte de mauvaise augure. Alors pourquoi refuser ce qui vous semble évident ? Si une petite voix intérieure vous dit stop de plus en plus souvent et qu’une force contraire vous pousse à l’ignorer, alors il est temps de se poser la question de l’équilibre.

La limite à ne pas dépasser pour ne pas sombrer dans les conséquences de cette addiction au travail qui vous guette, c’est votre corps qui la connait le mieux. Ecoutez votre corps !

Le maître mot c’est l’équilibre, c’est-à-dire un état dans lequel vous vous sentez bien, avec des marges de manœuvres faces aux contraintes. C’est pouvoir rebondir en cas de difficultés ou d’imprévu.

En soi rien de dramatique à vouloir bien travailler en réalisant un travail avec un niveau d’exigences élevé. C’est rassurant pour vous, pour votre employeur, et modélisant pour votre famille. Ce qui constitue une alerte c’est la substitution de ces activités issues du travail à d’autres activités qui semblent évidentes à votre entourage (se parler, s’écouter, se regarder, sortir, s’intéresser à autre chose).

A partir du moment où votre évidence se substitue à celle de la majorité qui vous entoure, il sera nécessaire de vous poser la question du comportement addictif, ou bien de ne pas l’éluder si on vous la pose.
En général au moment où la question se pose, ce n’est évidemment pas le bon moment pour vous. De plus, la répétition des mêmes activités va puiser sans arrêt dans les mêmes réserves cognitives et érode votre capital de maitrise nerveuse.

Donc vous allez réagir négativement et repartir vers ce que votre corps connait désormais le mieux, votre travail. Les conséquences dans la vie professionnelle sont multiples :

- L’irritabilité vous rendra tyrannique si vous travaillez en équipe- La fatigue vous rendra soupçonneux de celles et ceux qui ne sont pas comme vous- Vos clients, votre employeur vous en demanderont toujours davantage avec un effet de seuil appliqué à votre rétribution

- Si vous avez une tendance perverse, c’est-à-dire à profiter des autres pour votre propre compte cela va s’accentuer et alors gare au procès en harcèlement car tout se paye un jour !

Et dans la vie privée :

- Ceux qui vous aiment seront malheureux car vous ne répondrez plus à leurs signaux d’affection

- Vous ne verrez plus les bienfaits des relations humaines avec ceux qui sont différents

- Vous perdrez vos amis qui se lasseront de vos leçons et de votre sérieux- Vous serez de plus en plus seul

- Vous serez une proie facile pour d’autres addictions qui se nourriront de votre déséquilibre.

Bref quel dommage !

Vous pouvez vous faire aider pour, apprendre à aller chercher l’énergie et votre équilibre. Vous apprendrez à répondre à la question : où est mon centre de gravité ? Et pour cela les techniques de la sophrologie et du yoga alliées au massage chinois constituent une solution complète et bienfaitrice sur la durée. Alors ne vous en privez pas, faites-vous confiance pour mieux vivre…autrement.

Par Alice Siché, Mieux vivre...autrement, renforcement musculaire et massage chinois du réseau Medoucine.