Menu

Vivre la tête légère : se libérer des migraines grâce à l’hypnose et l’auto-hypnose

18 juin 2021
Vivre la tête légère : se libérer des migraines grâce à l’hypnose et l’auto-hypnose

Faites-vous partie des 15% de personnes dans le monde  qui souffrent de migraine ? [1] Cette maladie neurologique se manifeste par des crises plus ou moins répétées de céphalées qui peuvent avoir un réel impact négatif sur la qualité de vie. Si vous êtes concernés, vous comprenez de quoi je parle : les week-ends gâchés, le besoin impérieux de se coucher dans le noir pendant plusieurs heures, les proches qui ne comprennent pas toujours, etc. Finalement, il arrive qu’à la douleur s’ajoute la souffrance psychique… et c’est bien normal. Mais ce n’est pas forcément une fatalité.

Vivre la tête légère : se libérer des migraines grâce à l’hypnose et l’auto-hypnose

Pexels

C’est pour ça qu’aujourd’hui, je voudrais vous parler d’une méthode qui fait ses preuves pour se libérer et soulager la migraine naturellement : l’hypnose.

Migraine ou céphalée ?

Le terme de « céphalée » signifie « mal de tête ». Et il en existe plus de 200 sortes ! La migraine, elle, a des caractéristiques bien précises [2].

  • Tout d’abord la migraine appartient au groupe des céphalées primaires, c’est-à-dire qu’aucune cause locale, lésionnelle n’est retrouvée (cela écarte donc les maux de tête consécutifs à une rencontre malencontreuse avec un poteau dans la rue par exemple).
  • La migraine évolue par crises récurrentes, séparées par des intervalles libres de toute douleur  (il y a répétition des crises douloureuses, mais entre-temps, elles vous laissent tranquilles).
  • Si elle n’est pas traitée, la crise migraineuse dure entre 4 et 72 heures. Elle a au moins une des deux caractéristiques suivantes : elle est unilatérale (à droite ou à gauche mais parfois les 2 !), pulsatile (vous sentez votre pouls battre dans la zone douloureuse), d’intensité modérée ou sévère (la douleur ne fait pas semblant d’être là !), et s’aggrave avec les activités physiques de routine (comme porter les courses ou monter les escaliers). A cela s’ajoute soit des nausées et/ou vomissements (non, ça ne compte pas si vous avez mangé un yaourt avarié) soit une sensibilité forte à la lumière ou au bruit (photophobie ou phonophobie).

Enfin, dans 20% des cas, la migraine s’accompagne de ce que l’on appelle une aura : des troubles visuels, sensitifs ou même du langage qui apparaissent avant la douleur.

Comment ça marche une migraine ?

Tous les mécanismes physiologiques de la migraine ne sont pas encore connus. Mais on sait déjà qu’elle est liée à une prédisposition génétique qui entraîne une excitabilité neuronale anormale. C’est-à-dire que certains neurones vont s’activer plus fort et plus rapidement chez une personne migraineuse que chez quelqu’un n’ayant pas ces prédispositions génétiques.

Encore faut-il que des facteurs environnementaux (comme le stress, le bruit, les hormones…)  viennent activer ces neurones.

La douleur apparaît alors à cause de la dilatation et de l’inflammation des vaisseaux cérébraux consécutives à l’activation anormale du système trigéminovasculaire (= nerf trijumeau + les vaisseaux sanguins associés).

Vivre la tête légère : se libérer des migraines grâce à l’hypnose et l’auto-hypnose

Pexels

Un trop plein, trop vite

Pour qu’une crise migraineuse se déclare, il faut donc que des facteurs déclenchants viennent activer ces neurones un peu trop susceptibles.

Il peut s’agir de variations hormonales (ce qui explique que 3 femmes pour 1 homme ont des migraines), de changements de rythme dans les activités (vous connaissez la migraine du week-end ?), d’un manque ou d’un excès de sommeil (oui, parfois la grasse matinée n’est pas très bonne pour nous !), de modifications dans la fréquence et la qualité des repas (le barbecue entre copains comme un jeûne peuvent nous jouer des tours !) ou encore de changements de l’environnement impliquant les sens (des odeurs fortes, une lumière particulière…) ou les émotions (qu’elles soient agréables ou désagréables).

C’est souvent le cumul de ces facteurs qui va entraîner une crise de migraine. En fait, de façon très imagée, c’est un peu comme si vous aviez un vase un peu trop petit dans la tête. Ce vase représente votre tolérance aux changements physiques et psychologiques dans votre vie quotidienne. Il se remplit au fur et à mesure de votre journée ou de votre semaine. Et lorsqu’il déborde, la douleur sert de signal d’alarme.

Il n’existe pas encore de traitement curatif de la migraine. Toutefois, un médecin peut vous proposer des médicaments permettant d’apaiser les crises de migraine. Il s’agit, en général, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou de triptans. Si les crises restent fréquentes, un traitement de fond vous sera sans doute proposé. L’inconvénient étant que tout traitement médicamenteux a des effets secondaires.

Éviter le trop plein… sans s’enfermer dans sa grotte !

Certaines personnes vont finir par éviter les facteurs déclenchants pour ne pas subir ces crises migraineuses. La stratégie est plutôt bonne… si on est d’accord pour vivre en ermite !

Il existe heureusement d’autres possibilités.

L’Agence Nationale d’Accréditation En Santé (ANAES) a formellement reconnu dans un avis du 4 Février 2003 les bienfaits des techniques psychocorporelles sur des patients migraineux. Ces techniques ont en effet en commun de permettre une meilleure gestion du stress.

Plus spécifiquement, différentes études montrent l’intérêt de l’hypnose dans la prise en charge de la migraine. Par exemple, une étude menée en 2001  a montré que l’hypnose, relayée par l’auto-hypnose, permettait d’obtenir des résultats très positifs pour deux tiers de « cas rebelles » [3].

Vivre la tête légère : se libérer des migraines grâce à l’hypnose et l’auto-hypnose

Pexels

Comment l’hypnose permet de réduire l’intensité et la fréquence des crises migraineuses ?

En hypnose, on n’agit pas directement sur la cause physiologique de la migraine, on travaille sur la douleur elle-même (l’hypnose est connue pour permettre des analgésies locales) et sur les facteurs déclenchants psychologiques. Dans un cadre bienveillant, calme et sécurisant, le praticien en hypnose vous accompagne dans un état hypnotique pour instaurer une détente physique et psychologique.

Puis, grâce à des métaphores et des suggestions hypnotiques vous pourrez modifier l’intensité de la douleur. Par exemple, si votre migraine ressemble à un « cerveau rétréci qui vient taper à l’intérieur du crâne comme un tilt de flipper » (c’est la description qu’un de mes clients faisait de ses migraines) nous allons suggérer que le cerveau reprend sa taille normale et vient se caler tranquillement contre l’intérieur du crâne, tapissé d’un revêtement doux et agréable.

Il sera également intéressant de faire de la prévention pour diminuer la fréquence des crises. Il s’agit alors d’apprendre quelles sont vos limites et quels sont vos besoins pour moins solliciter vos mécanismes de suradaptation. En comprenant à quoi servent vos migraines (souvenez-vous, le rôle de la douleur est de nous prévenir que quelque chose ne va pas) vous retrouverez un équilibre de vie qui vous satisfera. Vous arrêterez de remplir le « vase un peu trop petit », ou vous le viderez suffisamment régulièrement pour qu’il ne déborde plus.

Dans tous les cas, la première étape sera de prendre conscience que vous n’êtes pas obligé de subir ces migraines !

Grâce à l’autohypnose, vous pouvez vous libérer vous-même de vos migraines

En apprenant l’auto-hypnose vous devenez autonome pour la gestion de vos migraines.

Vous pourrez, par exemple, moduler l’intensité de la douleur en imaginant un potentiomètre, comme le bouton de volume de la radio. Si vous réussissez à maintenir un certain niveau de douleur et à l’augmenter (oui, dit comme ça, ça peut paraître un peu masochiste, mais je vous assure que non), alors vous serez aussi capable de diminuer cette sensation désagréable. Voire de la mettre à zéro.

Vous pourrez aussi visualiser vos vaisseaux sanguins qui se sont dilatés et les imaginer qui reviennent à un calibre tout à fait normal et confortable.

Vous serez en mesure de retrouver, chaque fois que vous en aurez besoin, une sensation de calme et de sérénité associé à votre « lieu ressource » construit lors des premières séances d’hypnose.

Vivre la tête légère, c’est possible

En général, il faut entre 5 et 10 séances d’hypnose pour pouvoir vivre la tête plus légère. Ce travail vous amènera à mieux vous connaître et à pratiquer l’auto-hypnose pour un bien-être durable.

Alors, à vous de jouer !

Par Sylvie Rauwel, hypnologue et coach certifiée et validée du réseau Médoucine.

Trouvez un hypnothérapeute certifié près de chez vous.

[1] Selon une information proposée par l’INSERM le 26/03/19
[2] D’après les critères de l’International Headache Society
[3] Violon A, L’apport de l’hypnose dans le traitement de la migraine. Rev Med Suisse 2001; volume 3

A lire aussi :

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Sylvie Rauwel A propos de l'auteur
1 commentaire
  • robert smith
    21 juin 2021 à 17 h 42 min

    J’ai vu un reportage au l’auto-hypnose avait également tout un tas d’autres applications santé bénéfique. Cependant tout le monde n’est pas réceptif à l’hypnose et il faut trouver un bon professionnel pour orienter au départ et dans certaines régions ce n’est pas une mince affaire.

    Répondre
Laisser une réponse

Prendre rendez-vous