Blog medecine douce

Le secret pour vivre pleinement l'amour


Le secret pour vivre pleinement l'amour

Février est le mois de l'amour et s'il devenait l'amour du moi ? Par Christophe Reynes, hypnothérapeute certifié et validé du réseau Medoucine.

La Saint Valentin célèbre l'amour de deux êtres lors des prémices du Printemps, en lien avec la saison des amours pour les oiseaux. Ses origines sont très anciennes et l'on peut regretter l'aspect mercantile que cette fête des amoureux revêt aujourd'hui. En revanche, cette période nous invite opportunément à nous interroger sur l'essence-même de notre vie : l'amour.

Nos vies ne seraient-elles pas consacrées à aimer et être aimé ?

Si nos différentes formes de spiritualité, nos poètes, nos chansons, l'universalité de nos traditions avaient un point commun, ce serait certainement l'amour.

Il est couramment admis que l'argent et le sexe dirigent le monde. S'il on y regarde de plus près, nous pouvons imaginer que l'argent et le sexe représentent des ersatz de l'amour ou tout au moins des moyens détournés pour donner l'illusion d'y accéder.

Pour être heureux et épanouis, nous devons donc aimer et être aimé.

Alors, si aimer est notre nature, il nous est pourtant souvent difficile d'éprouver pleinement ce sentiment, de réussir une relation amoureuse réciproque et épanouissante.

Bien sur, vivre l'amour dans une relation pérenne demande de l'attention permanente à l'instar d'un feu de bois que l'on voudrait maintenir indéfiniment. Et il y aurait beaucoup à dire sur le sujet mais il me semble qu'il prévaut de considérer de prime abord ce qui constitue notre frein majeur à connaître l'amour.

Sans idéaliser l'amour au point de le définir comme inconditionnel, savoir aimer exige un pré-requis essentiel sans lequel l'amour ne peut se développer sainement : l'estime de soi.

Comment pourrait-on offrir à autrui ce dont nous sommes dépourvus pour nous-même ?

La vindicte populaire nous enseigne à travers son adage :" Charité bien ordonnée commence par soi-même". Tout comme Jésus qui disait :"Tu aimeras ton prochain comme toi-même !".

Aimer autrui serait donc incompatible avec une mauvaise estime de soi. En effet, une personne qui se dénigre ne considère pas authentique l'amour que l'autre pourrait lui porter. Comment pourrait-on croire aux compliments de son amoureux (se) s'ils représentent l'opposé de ce que l'on pense de soi ?

Si l'on admet que le véritable amour est celui que l'on donne sans attente, avoir une mauvaise estime de soi conditionne à se nourrir de l'attention, la gratitude, la considération de l'autre.

Une personne qui se mésestime va constamment rechercher ce retour gratifiant chez l'autre même si elle s'en dédit. De ce fait, elle devient dépendante à l'attention d'autrui et se construit une vie sans amour faite de déceptions et de frustrations.

Comment reconnaitre si votre estime de vous-même est insuffisante ?

- Vous avez du mal à dire"non"à l'autre : sans ce"non", vous perdez le respect de l'autre qui a compris votre comportement récurent et peut abuser de votre personne. Sans exprimer ce"non"légitime et bienveillant, c'est à vous-même que vous renoncez, en accordant à l'autre une primeur injustifiée qui vous fait transgresser vos propres valeurs.

- Vous vous savez perfectionniste, vous recherchez en permanence à vous prouver que vous êtes capable en passant d'un défi à un autre sans prendre le temps de savourer vos réussites. Vous vivez dans une éternelle insatisfaction.

- Vous vous jugez par le regard des autres (père, mère, supérieur hiérarchique, amis), vous vous comparez aux autres en vous sentant inférieur, en croyant que vous devez en faire plus pour atteindre le même niveau que les autres.

- Vous n'accordez aucune importance à votre bien-être en restant focalisé sur la satisfaction que vous pourriez apporter aux autres (enfants, conjoint, famille, amis, travail).

- Vous développez une addiction (nourriture, alcool, drogues, jeux) qui vous donne l'impression de combler, d'oublier provisoirement ce vide intérieur, ce manque d'amour pour vous-même.

Le manque d'estime de soi prend sa source dans l'enfance à travers un ressenti de manque d'amour dans son environnement parental. Si l'on peut tenter de corriger en conscience les travers que j'ai énuméré précédemment, il est fortement recommandé de se faire accompagner pour assainir sa relation à soi et à l'autre, s'ouvrir à l'amour tout simplement. Opter pour les thérapies brèves, c'est choisir de communiquer avec son inconscient de façon à restaurer l'amour de soi et s'offrir une vie de liberté rayonnante d'amour.

Par Christophe Reynes, hypnothérapeute certifié et validé du réseau Medoucine.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas visible