Prenez RDV avec un thérapeute sélectionné et validé

Psychonutrition

Psychonutrition illustration

La psychonutrition : à ne pas confondre avec un régime

D'après les psychonutritionnistes, les régimes ne fonctionnent pas sur le long terme et aggravent même la situation puisqu’ils génèrent bien souvent de l’anxiété, de la frustration, des déceptions et des rechutes.

 

Un changement alimentaire doit s'accompagner d'un changement psychologique afin que l'individu ne rechute pas. Le psychonutritionniste va donc travailler avec son patient sur l'écoute de ses sensations alimentaires, sur son image corporelle, ses émotions, les phénomènes de compensation et sa motivation. Il travaille sur un programme nutritionnel qui permet de perdre le surplu de graisses accumulées en préservant la masse musculaire, et ce sans fatiguer le corps et sans privation.

 

La pyschonutrition est le fait de manger, dans des quantités suffisantes avec des aliments nutritifs et adaptés à chaque moment de la journée. Cette thérapie prend en compte les besoins physiologiques et le profil du client, ainsi que les apports nutritionnels procurées par les aliments.

 

La dimension psychologique de la psychonutrition est apportée par le fait que cette thérapie veille sur les habitudes de vie en les prenant en compte dans l’alimentation. Elle permet à l’individu de prendre pleine conscience de la place de l’aliment dans son quotidien.

 

Souvent, les troubles alimentaires constituent des symptômes. Il s'agit alors également d'agir sur la cause afin de faire disparaître le symptôme. La plupart des individus qui effectuent un régime sont en restriction cognitive. Cela signifie qu'ils contrôlent les aliments qu'ils ingèrent afin de perdre du poids.

 

Cette attitude favorise les rechutes et l'échec des régimes à cause, entre autres, de son effet négatif sur le sentiment de satiété. Lorsqu’un individu enchaîne les échecs, cela peut occasionner un sentiment de dévalorisation et une perte d’estime de soi.

 

Le thérapeute expert en psychonutrition va donc à la fois agir sur le psychique de l’individu, et son alimentation puisque ceux-ci s’influencent l’un et l’autre. Ainsi, le travail sur les sensations alimentaires va permettre à l’individu de réapprendre à s’alimenter avec plaisir.

 

Ce travail sera notamment réalisé à l’aide d’exercices de pleine conscience qui permettront à l’individu de manger plus lentement et en savourant chaque bouchée. Cette attitude favorise l’apparition de la satiété et la réduction de la quantité de nourriture ingérée.

 

La psychonutrition est un plan personnalisé selon les profils et elle convient à tout âge. Elle prend aussi en compte les éventuels carences déjà ressenties par les clients, qui peuvent d’autant plus modifier l’approche de la psychonutrition.

Psychonutrition : À quoi ça sert ?

On peut donc voir à quel point les émotions et les représentations influencent le poids des individus, c’est pour cela que la psychonutrition est particulièrement efficace : elle prend en compte le profil psychologique de l’individu et les recommandations sont adaptées à la personne.

 

Cette pratique vise à entraîner un changement durable du comportement alimentaire. Elle s'adresse donc à tous les individus qui souhaitent changer de comportement alimentaire afin de perdre ou de prendre du poids, mais également à ceux qui veulent manger plus équilibré en gardant un poids stable.

 

Elle est également indiquée pour les individus souffrant de troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie...), souhaitant se réconcilier avec leur image corporelle. Elle peut aussi convenir aux personnes ayant des troubles digestifs ou étant atteintes de diabète.

 

Psychonutrition : Prenez rendez-vous en ligne

Fermer

La psychonutrition est une discipline récente qui est le résultat des postulats selon lesquels les facteurs psychologiques seraient déterminants dans le comportement alimentaire et que les régimes seraient quant à eux inefficaces.

 

C’est dès les années 60 que certains auteurs ont mis en évidence l'effet des facteurs psychologiques sur la prise de poids.

 

Durant cette même époque, Rodin et Schachter développent la théorie de l'externalité selon laquelle certains individus ne réguleraient pas leur comportement alimentaire par des stimuli internes (sentiment de satiété) mais par des stimuli externes (goût, vue et odeur des aliments).

 

Ces individus auraient donc plus de chance de devenir obèses car cela entraînerait une surconsommation des aliments. Les sens ne seraient pas les seuls responsables.

 

Selon Hilde Brush, psychanalyste et psychiatre spécialisée dans les troubles du comportement alimentaire, la nourriture permettrait pour certaines personnes de "combler le vide" et en cela, serait un moyen de réconfort émotionnel.

 

Cette façon d’aborder la nourriture favoriserait également l’apparition de troubles du comportement alimentaire. Concernant les régimes, une étude réalisée en 1959 a montré que seulement 5% des individus ayant entamé un régime ont réussi à perdre du poids durablement.

 

Des études récentes quant à elles montrent qu'environ 75% à 90% des régimes se solderaient par des rechutes.

 

C’est le chimiste et biologiste français Gabriel Bertrand qui a conceptualisé cette pratique et mis en évidence l’importance des oligo-éléments dans le bon fonctionnement de l’organisme.

Lors de la première séance, le thérapeute va s'entretenir avec l'individu qui le consulte et lui poser diverses questions sur ses souhaits, ses habitudes alimentaires et le rapport qu'il entretient avec son image corporelle.

 

Après avoir défini avec son client les objectifs à suivre, le thérapeute va l'accompagner vers le changement tout en prenant en compte ses besoins, son profil psychologique et sa constitution.

 

Un suivi en psychonutrition peut se dérouler en séances individuelles ou collectives. Divers ateliers pourront avoir lieu au fil des séances afin par exemple de redécouvrir le plaisir gustatif ou de nouvelles sensations alimentaires.

 

Psycho-nutrition : trouver l’équilibre. https://www.cerveauetpsycho.fr/sr/introduction/psychonutrition-trouver-laposequilibre-9116.php

Apfeldorfer, G. (2009). Maigrir, c'est dans la tête. Odile Jacob.

Apfeldorfer, G. (2008). Mangez en paix!. Odile Jacob.

Perrot, M. (2016). La restriction cognitive ou comment les régimes font grossir. Médecine, 12(3), 128-134.

Katterman, S. N., Kleinman, B. M., Hood, M. M., Nackers, L. M., & Corsica, J. A. (2014). Mindfulness meditation as an intervention for binge eating, emotional eating, and weight loss: a systematic review. Eating behaviors, 15(2), 197-204.

Apfeldorfer, G., & Zermati, J. P. (2001). ACTUALITES-REFLEXION-La restriction cognitive face a l'obesite-Histoire des idees, description clinique. Presse Médicale, 30(32), 1575-1580.

Stunkard, A., & McLaren-Hume, M. (1959). The results of treatment for obesity: a review of the literature and report of a series. AMA archives of internal medicine, 103(1), 79-85.

Fontaine, O., Cottraux, J., & Ladouceur, R. (1989). Cliniques de thérapie comportementale. Editions Mardaga.

Ogden, J. (2014). Psychologie de la santé. De Boeck Superieur.

La psychonutrition. https://www.lapsychonutrition.fr/

Découvrez nos consultations à Paris Lyon Marseille Lille Bordeaux Nantes