Menu

La colère, trop c’est trop !

9 mai 2022

Savoir reconnaître ses limites c’est franchir un pas vers la compréhension globale de notre système, notre façon d’être. L’émotion COLERE est comme un bouton d’alerte qui signifie qu’un seuil de tolérance est franchi. C’est un indicateur clé pour celui qui sait s’écouter.

Inscrivez_vous

“J’ai du mal à contenir mes colères. J’ai l’impression que je ne suis plus moi-même. Je ne supporte pas la critique. Et parfois je suis tellement hors de moi que je crie et j’ai envie de violence. Je culpabilise. Mes relations au sein de ma famille deviennent vraiment tendues. Mes enfants et mon conjoint ont peur de moi.” Si ça vous est familier, alors lisez plus bas.

La colère est une émotion

Les émotions sont regroupées en 6 familles :

  • la tristesse
  • la joie
  • la peur
  • le dégoût
  • la surprise
  • la colère

Et dans la famille de la colère, comme pour chaque famille émotion, il existe une palette d’intensités différentes, tel un curseur qui se promène du petit au grand ressentis. Par exemple, l’agacement est une petite colère, et à l’autre extrémité il y a la rage, telle la puissance d’un volcan qui explose.

Attention, une colère non prise en compte, en quelque sorte planquée sous le tapis, va devoir sortir un jour. A ce moment précis elle peut provoquer une implosion, qui est tournée vers soi ou une explosion, tournée vers les autres, un peu comme une cocotte minute qui ne peut plus contenir la pression. Et là Boom ! La colère s’exprime enfin et souvent d’une manière incontrôlée.

La colère, trop c'est trop !

Pexels

Derrière la colère, le besoin de dire STOP

La colère est le reflet d’un besoin qui n’est pas exprimé ou pire, renié. C’est un indicateur qui exprime qu’il est nécessaire de changer quelque chose, et tout de suite. La colère agit comme un feu qui passe au rouge et veut dire “STOP, observe, regarde bien et change de direction tout de suite !”

Savoir reconnaître ses besoins, et ce qui ne va pas dans son environnement permet tout simplement de vivre en accord avec soi. C’est se respecter, respecter sa nature et ses limites. Une émotion bien exprimée ne dure que quelques secondes. Alors si elle est prise en compte tout de suite, la colère n’a pas besoin d’accentuer son intensité pour se faire entendre et comprendre. Et tout peut revenir à la normale. L’émotion est passée.

La colère, trop c'est trop !

Pexels

Petit mode d’emploi en cas de colère

Tout changement nécessite du courage, le courage de modifier ses façons de faire pour retrouver une zone plus acceptable et de la confiance dans sa façon d’être au monde. Voici 4 étapes pour apprendre à gérer une colère plus sainement :

  1. Écouter les signes avant-coureurs et savoir reconnaître que quelque chose n’est pas OK. Éventuellement anticiper les évènements qui peuvent mener à de la colère et les éviter, ou les alléger avec de l’humour, des jeux par exemple.
  2. Évacuer le trop plein en respirant, changeant de pièce ou en créant un ancrage de calme ou de déversement de l’énergie, comme un coussin “colère” dans lequel frapper où hurler, sortir ce qui ne va pas.
  3. Exprimer son besoin, ses limites, ce qui ne convient pas et d’une manière non violente, le message passe mieux ! Et ce qui vaut pour une personne vaut pour soi aussi.
  4. Se féliciter pour cette nouvelle façon de faire et encourager les petits changements.

Il n’y a pas d’autre choix que de prendre en compte ses émotions lorsqu’elles se présentent. Être suffisamment à l’écoute de ses ressentis et savoir reconnaître son niveau de colère est le premier pas vers la compréhension qu’il y a quelque chose dans l’environnement qui ne convient pas. Et cela amène tout naturellement un changement qui va faire redescendre la colère.

 

par Géraldine Suteau, praticienne en hypnose, coaching et PNL du réseau Medoucine.

Trouvez un praticien près de chez vous sur Médoucine.

À lire aussi :

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Géraldine Suteau A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous