Menu

Comment stimuler et faciliter le transit intestinal naturellement ?

16 juin 2021
Comment stimuler et faciliter le transit intestinal naturellement ?

La vie, c’est le mouvement. Cette onde, qui nous traverse, assure toutes les fonctions de notre organisme. C’est le cas pour les pulsations cardiaques, le circuit de l’air dans les poumons, la chevauchée des éléments du sang dans les conduits vasculaires, la conduction électrique le long des nerfs, ou encore le péristaltisme qui anime les intestins. Dès lors que ce souffle est entravé, toute l’homéostasie du corps est compromise.

Le système digestif va permettre d’apporter les nutriments nécessaires à la construction, la réparation et l’entretien du corps, grâce au tri effectué dans l’intestin grêle. Le gros intestin se chargera d’acheminer les déchets vers l’extérieur. Un bon transit permet d’exonérer une à deux selles par jour.

En médecine chinoise, l’intestin grêle et le gros intestin sont liés au foie, également aux poumons et au cœur. Il sera aisé de comprendre que le stress, la colère et toute émotion altérant l’énergie du foie, viendra impacter le mouvements de ces viscères. Cela est d’autant plus intéressant que le système nerveux autonome, par l’implication des nerfs parasympathique et sympathique, va réguler les mouvements de ces organes. Ainsi, dans l’état calme, la fréquence cardiaque va diminuer, la mobilité du tractus intestinal va augmenter, sous l’effet de la sécrétion de l’acétylcholine. Cela veut bien dire que plus l’état mental sera calme et apaisé, et plus notre capacité à mieux digérer sera facilité.

Comprendre l’origine du ralentissement intestinal, va permettre de cibler les solutions.  Qu’est ce que je n’assimile pas ? qu’est ce que je ne digère pas ? ou encore qu’est ce que je n’élimine pas ? S’agit il d’aliments ou d’émotions ? Est ce que j’entretiens le mouvement dans mon quotidien ?

L’alimentation pour faciliter le transit intestinal

La quantité et la fréquence des repas doivent naturellement s’adapter à l’activité de l’individu. De manière générale, il sera préférable de déjeuner comme un roi le matin, comme un prince le midi et diner comme un pauvre le soir”.

Comment stimuler et faciliter le transit intestinal naturellement ?

Pexels

L’environnement et la posture sont essentiels pour favoriser l’absorption et l’élimination des nutriments. Prendre les repas dans le calme, la bonne humeur, en position assise, les deux pieds à plat, posés au sol, le dos droit et les épaules ouvertes. Cela influence positivement l’énergie du cœur et des organes impliqués dans la digestion.

Combiner une bonne hydratation à l’ingestion de fibres va faciliter le transit, en maintenant une humidité suffisante aux matières. La consommation de légumes verts, de fruits, de fruits secs, de céréales stimule les intestins. Et pour les plus paresseux, des compotes de pomme-pruneaux, pomme-rhubarbe, ou encore de figues devraient relancer le mouvement.

Les associations alimentaires ne sont pas à négliger puisqu’elles participent à  l’équilibre acido-basique de l’organisme.  Le péristaltisme est sensible au pH. Ainsi, un bol alimentaire trop acide va ralentir la motilité intestinale. Pour maintenir un bon transit, il va s’agir d’apporter 2/3 d’aliments alcalins à 1/3 d’aliments acides par repas. On retrouve dans les aliments basiques, les fruits, les légumes, les oléagineux, le thé, les tisanes. Les viandes, les poissons, les produits laitiers, les produits transformés, les sucreries, l’alcool, le café sont, quant à eux, acides.

Faciliter le transit intestinal d’après “l’émotionnel”

L’intestin est le deuxième cerveau. Ce qui n’est pas réglé émotionnellement  ne sera pas éliminé. Pour permettre l’assimilation, la digestion et l’exonération de l’émotion, il convient  alors de l’accueillir et ne pas la nier. Reconnaître ce qui trouble, c’est déjà cheminer à sa libération. La méditation est un bon support pour cela.

Nous l’avons vu, l’ intestin grêle et le gros intestin sont liés au foie, dont le rôle, en médecine chinoise, est de filtrer le sang, mais aussi les émotions. Si l’équilibre et le bien-être du foie ne sont pas assurés, l’émotion sera filtrée et éliminée. Ne dit on pas “qu’une colère (émotion du foie) se chie (par le gros intestin)” ?

Le foie appartient au printemps, son climat est le vent, sa saveur est l’acide. Il conviendra donc de pratiquer des cures de jus de citron dès le 5 février, date de l’arrivée de l’énergie du printemps. Le haut du corps, quant à lui, sera protégé du vent.

Les intestins sont aussi en correspondance énergétique avec le cœur et les poumons. Ce lien est identifiable grâce au système nerveux autonome, dans sa fonction d’adaptation du rythme cardio-respiratoire à la mobilité du tractus digestif. Le nerf vague va ainsi activer tout le système digestif, pour permettre l’absorption des nutriments, puis augmenter l’activité motrice du colon pour favoriser l’élimination. Cela en temps calme.

Ici les exercices de respiration en cohérence cardiaque sont tout à fait indiqués. En agissant sur le rythme respiratoire, on amène la fréquence cardiaque à la baisse. Cela agit sur les intestins en augmentant la motilité et en améliorant de manière significative le transit.  L ‘immunité est tout autant boostée, puisqu’ une bonne partie de notre défense immunitaire est issue de notre gros intestin.

Le mouvement facilite le transit intestinal

“300 pas après le repas, l’apothicaire ne vient pas ! “, encore une belle invitation au mouvement pour entretenir la vie.

Lutter contre la sédentarité, c’est lutter contre la paresse intestinale. Donc bouger, marcher, faites des mouvements. Les activités comme le Qi Gong, le yoga, la gymnastique, apportent l’avantage de gainer le corps et d’étirer les groupes musculaires. La tonicité musculaire participe à un bon transit.

Comment stimuler et faciliter le transit intestinal naturellement ?

Pexels

Le gros intestin est logé dans le foyer inférieur. Il est intimement lié au psoas, muscle fléchisseur de la hanche, également nommé “muscle de l’âme”. A proximité, on retrouve une chaîne de ganglions lymphatiques, dont le rôle est de filtrer et de produire des défenses immunitaires. Lorsque notre alimentation et/ou nos émotions engorgent le foie, les toxines  ne sont plus filtrées. Elles sont alors libérées dans la circulation sanguine. Puis finissent par  se loger dans les articulations et les muscles, qui se raidissent, se contractent. C’est pourquoi le psoas va être impacté. Il va perdre en  souplesse, entraver le mouvement et influencer le transit.

Pour le détendre, la pratique d’ étirements, comme les fentes, est  simple et efficace. Vous pouvez aussi, en position allongée, fléchir une jambe et pratiquer une ouverture vers l’extérieur, le pied placé sur le genou de la jambe opposée.

Un autre exercice, de Qi Gong cette fois, peut stimuler et faciliter la mise en mouvement digestive naturellement. Pour cela, fermer les poings et tapoter doucement dans le sens des aiguilles d’une montre, autour du nombril en suivant le colon, en débutant par le colon ascendant situé en bas à droite.

Le mot de la fin

Le transit est signe de bonne santé, car cela atteste d’une bonne immunité. Pas seulement, puisque cette force s’applique aussi à l’esprit, en lui apportant fluidité. D’ailleurs n’a t’on pas pour habitude de questionner son interlocuteur à ce sujet ? Le “How do you do ?” de nos voisins anglais exprime littéralement cette idée.

Et vous, comment allez vous ?

Par Sabine Brihaye, acupunctrice traditionnelle certifiée et validée du réseau Médoucine.

Trouvez un médecin en médecine traditionnelle chinoise près de chez vous.

A lire aussi : 

 

Prenez RDV avec un praticien en médecine douce
Sabine Brihaye A propos de l'auteur
Aucun commentaire
    Laisser une réponse

    Prendre rendez-vous